Ces traditions qui se perdent

S’il y a une tradition que j’ai toujours respectée, c’est d’envoyer mes vœux. Je ne vous parle pas d’un banal SMS/post FB envoyé en vrac à tout notre annuaire, mais d’une vraie carte, personnalisée, envoyée par la Poste. Je trouve que c’est assez essentiel pour conserver le contact avec une personne au fil du temps qui passe, cela créé un lien. On est toujours content d’en recevoir une, car cela prouve que la personne a pensé à vous. On les garde, on les range, puis on les retrouve, on les relis, on remonte sur plusieurs années et on peut voir l’évolution de nos vies respectives.

 

Seulement voilà, c’est une tradition qui se perd et ça me mine…

L’année dernière, j’avais écrit une belle carte à ma meilleure amie d’enfance avec laquelle j’ai été voisine plus de 15 ans! Je l’ai longtemps considérée comme ma sœur car on a presque été élevée ensembles. La vie nous a un peu éloignée lorsqu’elle a eu des enfants (3 aujourd’hui), le manque de temps, le tourbillon de la vie, le poids du quotidien.
Bref elle ne m’a pas répondue…

Puis, j’ai croisé quelques temps plus tard nos voisins communs, un petit couple de papi/mamie. Ils m’ont racontée qu’elle avait déménagé, changé de numéro de téléphone et qu’elle s’était plainte d’avoir perdus mes coordonnés. J’ai tendance à penser que lorsque l’on veut vraiment, on peut. Mes parents habitent toujours à côté des siens (depuis seulement 34 ans), elle y vient trois fois par semaine… J’avoue que j’étais un peu vexée par ce silence assourdissant.

Cette année, je réitère. Sachant qu’elle avait changé d’adresse, j’ai anticipé et envoyé ma carte (enfin plutôt une longue lettre) chez ses parents. Plus d’un mois et demi plus tard, silence radio.

Mes parents ont revu nos voisins communs la semaine dernière.
C’est là, qu’au détour d’une banale conversation, le petit couple de papi/mamie leur a confié qu’ils avait rencontrée ma copine dans la rue, qu’elle leur avait demandé de me préciser qu’elle avait « bien reçu ma carte » ; « de me passer le bonjour et de me souhaiter la bonne année ».
Quand mes parents m’ont fait part de cette missive, je suis tombée sur les fesses. 3 pages rédigées pour 3 mots anodins en retour.
C’est un peu méprisant, non? Manquer de temps n’excuse pas une absence de respect, une marque de politesse élémentaire?

Je veux bien que nous ayons des plannings chronophages qui nous contraignent à repousser le non urgent à plus tard, et que certaines tâches finissent inexorablement à la corbeille, faute de possibilité, mais l’entretien des relations avec les gens dont on a été proche durant la moitié de sa vie ne devrait-il pas être parmi nos priorités?

Bon, je suis consciente que je ne referais pas le monde, ni ne pourrais avoir le pouvoir de changer les gens, mais cela me peine énormément de constater que les traditions se perdent au profit du futile SMS…

Et vous, même si cela peut paraître démoder de nos jours d’écrire des lettres, prenez-vous le temps d’envoyer des cartes aux personnes auxquelles vous tenez, dîtes-moi tout???

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

4

Une réflexion sur “ Ces traditions qui se perdent ”

  • 10 février 2019 à 21 09 27 02272
    Permalink

    Euh pas vraiment…et je n’en suis pas fière…😪
    Sans vouloir me déculpabiliser, les réponses reviennent au compte goutte.
    Rien que pour les faires parts de mariage. 😅j’avais été contrainte de rappeler quasiment chaque personne pour savoir si elle venait ou non.😅

    Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.