De la genèse à la science fiction 4 – HCQ

Dans la 1ère partie de cet article (ici), nous avions abordé le mode de fonctionnement de la technologie à ARNm de Pfizer et Moderna, leurs fabrications en 48h dès janvier 2020, ainsi que la spéculation boursière engendrée.

Dans la 2ème partie (ici), je vous ai répertorié TOUT ce que le gouvernement vous a volontairement caché sur les vaccins, les labos, la corruption des institutions européennes et l’organisation de la campagne de vaccination.

Dans la 3ème partie (ici), nous avons vu quels étaient les doutes et les craintes émis par de nombreux scientifiques à travers le monde.

Je ne voulais pas refermer ce chapitre sans aborder avec vous TOUTES les alternatives médicales dont on parle autour du monde et qui ont fait leurs preuves. Ainsi que toutes celles que le gouvernement va vous vendre comme des évolutions mais qui ne sont que spéculations boursières. Comme il y a énormément de molécules et de chose à dire dessus, je scinderais cet article en plusieurs parties.

Que les choses soient claires, cet article n’a pas vocation à vous dire quoi faire mais à vous informer, libre à vous de prendre les décisions qui vous conviendront. Ce que je reproche actuellement à la gestion de la crise, c’est de mentir par omission en ne disant pas limpidement les choses, et en condamnant tous ceux qui tentent d’élever le débat en les classifiant dans
des cases (les plus convoitées étant d’être « complotistes » ou « extrémistes »). Je ne suis pas médecin, je n’ai aucun conseil à vous donner dans ce domaine. D’ailleurs, je suis à 200% pour les vaccins, ceux conçus selon les préceptes de Pasteur, avec une éthique et une volonté altruiste de sauver des vies grâce à la Science.

 

Les débuts prometteurs de l’Hydroxychloroquine

Commençons en mettant les deux pieds joints dans le plat, avec la tendancieuse hydroxychloroquine (HCQ) appelé aussi (Plaquenil/ Nivaquine), connue grâce au Pr Raoult en France, mais surtout, avant tout, grâce aux chinois, qui ont été les premiers à tester la molécule selon les connaissances résultant de la crise du STRAS en 2003 et à publier des résultats préliminaires positifs…
La recherche sur les Coronavirus n’a jamais été abandonnée depuis le SRAS et le MERS (2011). On sait depuis 2005 que la Chloroquine fonctionne sur les coronavirus car elle a un effet antiviral (ICI). On aurait pu, depuis les dernières crises, fabriquer des antiviraux efficaces mais la recherche, en manque de moyens, n’a jamais trouvé cela rentable…
Sur ces données préliminaires, une RTU (recommandation temporaire) a été accordée dans le cadre hospitalier à l’HCQ le 26/03/2020 (parution JO), mais elle a été révoquée par le Conseil d’État le 30/03/2020, suite à des pressions importantes exercées de toute part (AP-HP, INSERM, ANSM, SPLIF…)

Article : https://www.vidal.fr/actualites/24594-premiers-resultats-cliniques-positifs-pour-l-hydroxychloroquine-dans-la-covid-19-moderee.html

 

Publication scientifique : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.27.20073379v1

 

Extraits choisis , article complet : https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/en-2003-il-y-a-eu-une-opportunite-gachee-de-developper-un-medicament-antiviral-contre-le-coronavirus/10213069.html

 

Vers des interdictions de soin

Alors que s’est-il passé pour que l’on en vienne à lire dans tous les médias, de manière itérative, que cela ne marchait pas???? C’est l’escroquerie du siècle, mais comme je vous le démontrerai par la suite, ce n’est malheureusement pas la seule. Beaucoup de vies ont été gâchées pour des raisons que j’aborderais dans un autre article afin que vous puissiez comprendre les raisons profondes, qui sont tout, sauf sanitaires.

Par le plus grand des hasards (ça c’est la version politiquement correcte), l’HCQ a été enlevée de la vente libre (classifiée sur la liste des substances vénéneuses) le 13 janvier 2020. Cette date n’est pas anodine, c’est exactement le jour où MODERNA créa le premier vaccin!!! Alors certes, Mme Buzyn se cache derrière le fait que la décision était entérinée depuis plusieurs mois, prétendument sur la demande du fabricant Sanofi. Si ce dernier avait formulé une réclamation en 2018, ce n’était pas pour la classifier sur cette liste, juste pour le déconseiller aux femmes enceintes car cela pouvait avoir des répercussions sur le développement du fœtus. L’ANSES a validé le classement le 12/11/19, ce qui est bizarre car ce n’est pas son rôle (elle est juste consultée administrativement pour vérifier qu’une déclassification n’a pas de conséquence sur les prescriptions vétérinaires). C’est celui de l’ANSM, gendarme du médoc… qui avait refusé la demande de modification de RCP (résumé caractéristique produit) de Sanofi en 2018 (séance 21/06/18), considérant qu’il n’y avait pas assez de données scientifiques, puis, après révision des éléments le 01/10/2018, avait donné son feu vert, uniquement pour un changement de RCP pour la rubrique fertilité/grossesse… (une grande partie des documents administratifs pouvant le prouver ont disparu ou ne sont plus accessibles au public, les liens sources que j’avais ont été désactivés, depuis, je fais des copies d’écran)…

Le Pr Raoult a donc été le premier, en France, à dire que l’HYDROXYCHLOROQUINE, donnée EN DÉBUT DE MALADIE (200 mg x 3 fois/jour sur 10 jours), associée à un antibiotique de la famille des macrolides l’AZITROMYCINE (500 mg le 1er jour, puis 250 mg/jour sur 5 jours), permettait d’éviter une aggravation de la maladie (orage cytokinique) et la durée de contagiosité des patients. Dès lors, il est devenu l’homme à abattre. Car si ce protocole avait été mis en place par tous les généralistes, auprès des patients désirant essayer de le suivre, sous condition que leur état de santé le permette, peut-être serions-nous sortis de cette crise en quelques mois. Ce fut impossible, non pas par manque de molécule, mais parce qu’elle n’était plus distribuée en pharmacie, même avec une ordonnance! Les médecins ont eu INTERDICTION de soigner leurs patients, sous peine de représailles de l’Ordre des Médecins. Ceux qui ont tout tenté pour contourner cette obligation en ont tous subi les conséquences. C’est excessivement grave, d’autant plus que ce schéma n’est pas appliqué qu’en France mais partout dans les pays riches!!! Un an plus tard, les Pays-Bas condamnent les médecins qui soignent avec une récompense : une belle amende jusqu’à 150K€ si on déroge aux instructions des gouvernants, tant pis pour les familles qui se retrouveront endeuillées! Le pouvoir de l’argent et la corruption politique qui gangrènent notre société ont priorisé les bénéfices financiers à ceux humains.

Des essais cliniques saccagés

Cependant, pour saper la réputation de l’HCQ, il ne fallait pas que cela soit trop visible, il fallait démontrer « scientifiquement » que cette option n’était pas valable afin d’entériner toute possibilité que le peuple le réclame, on a donc fait en sorte que cela devienne dangereux et que cela semble provoquer des décès. Ce fut chose réalisable grâce aux essais randomisés double aveugle DISCOVERY (européen, conduit par l’INSERM, début 22/03/20, couplé à SOLIDARITY de l’OMS) et RECOVERY (UK, début 19/03/20). Sans être une spécialiste dans ce domaine, je peux vous affirmer que ces essais furent du sabotage savamment orchestré, il ne m’a fallu que 5 minutes pour le comprendre…

RECOVERY
J’ai simplement observé le recrutement des patients : 75% étaient sous oxygène, 78% sont entrés dans l’étude avec des lésions pulmonaires, soit après l’orage cytokinique. Cela signifie donc qu’ils avaient atteint un stade clinique avancé de la maladie, or l’action antivirale n’a plus aucune efficacité à ce moment-là! Ensuite, j’ai regardé le dosage et je fus choquée car il était jusqu’à 2400mg le 1er jour, une dose pouvant être létale. Bref, des patients mourants à qui on donne une dose toxique, il ne faut pas s’étonner que 23% soient décédés! Il est donc impossible d’évaluer correctement une molécule dans ces conditions. Nous sommes donc très loin des préconisations de l’IHU, il est par conséquent factuellement faux de dire que le « protocole Raoult » ne fonctionne pas dans la mesure où il n’a JAMAIS été testé par les autorités.

 

 

 

Canard Enchainé du 24/04/2020

 

Résumé article question en anglais du Pr Perronne dans le NEJM

 

Même le conseil scientifique admet que l’HCQ n’a été testée que sur les formes graves :

Extrait p37 : avis du conseil scientifique 27 juillet 2020

 

Voici ce que répond le Pr Horby, qui a conduit l’étude clinique incriminée, à ces attaques, concernant l’emploi de hautes doses, dans l’article CHECKNEWS de Libération

Extrait article Libération 070620 https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/11/essai-recovery-les-chercheurs-ont-ils-administre-plus-de-trois-fois-la-dose-d-hydroxychloroquine-aut_1790733/

 

Donc, si je résume bien, utiliser un dosage à 2400mg, puis 800mg sur 10 jours n’est pas dangereux dans le cadre d’un essai clinique (notamment dans Recovery) mais il va le devenir pour l’utilisation du protocole Raoult avec un dosage bien inférieur (600mg), administré progressivement aussi, sur exactement la même temporalité????

 

Extrait article Linternaute 050620 https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489467-chloroquine-l-etude-de-the-lancet-sur-l-hydroxychloroquine-enterree/

 

Le Lancet Gate

La fausse méta-analyse Surgisphère publiée dans le Lancet le 22/05/2020 (veille d’un jour férié avec WE de pont, une date pas anodine) mit fin aux essais cliniques sur la molécule DÉFINITIVEMENT, même après rétractation de l’article 7 jours plus tard… Plus grave, cette publication falsifiée entraina, le 27 mai 2020, la révocation de la RTU de la molécule dans le cadre hospitalier. Je laisse le soin à l’OMS/ AFP Factuel de vous résumer la situation (on ne pourra pas dire que c’est complotiste)…

 

 

Donc si je résume bien, on a arrêté les essais cliniques Discovery/ Solidarity en se basant sur des résultats inopérants de Recovery!!! Et ça ne choque vraiment personne? Pas un politique pour l’aborder? Pas un journaliste d’investigation pour creuser? Pas un scientifique « officiel » pour le dénoncer??? On se contente de rester sur une affirmation (qui n’a rien de scientifique) comme quoi ça ne fonctionne pas… Si l’on se remet dans le contexte, au même moment, le REMDESIVIR est vanté sur tous les plateaux TV, au discrédit de l’HCQ. Le 03/06/2020, il obtient d’ailleurs une AMMC de l’EMA, soit 48h avant la décision d’abandonner les études sur l’HCQ, suite à l’arrêt de la branche Recovery… Vous verrez par la suite, du début à la fin, le timing est parfait…

Par ailleurs, l’essai clinique français Hycovid (CHU Angers), conduit sur 1300 patients de +75 ans a été lui-aussi interrompu DÉFINITIVEMENT sur préconisation de l’ANSM.

Une communication délétère des institutions

Déjà bien avant la publication du Lancet et jusqu’à la rétractation de celui-ci par ses auteurs, avouant une analyse réalisée sur des données data inventées, une communication délétère avait été conduite sur la molécule, jusque dans la sphère institutionnelle. On axe la communication sur la peur : la molécule est dangereuse, elle tue, provoque des arrêts cardiaques

 

 

CP : https://presse.inserm.fr/lhydroxychloroquine-et-lazithromycine-peuvent-avoir-un-impact-deletere-sur-le-systeme-cardiovasculaire/39619/

 

Le Fiolet Gate

Vous pensez naïvement que cette histoire en serait restée là? Vous auriez tort… Après l’affaire du Lancet Gate (étude bidonnée), voici le temps du Fiolet Gate.
Le 26/08/2020 paraît dans la revue Clinical Microbiology and Infection (journal officiel de la Société européenne de microbiologie clinique et de maladies infectieuses) la méta-analyse Fiolet, réalisée par Thibault Fiolet, étudiant, membre de l’INSERM, (co-signataire Nathan Pfeiffer Smada, retenez bien ce nom aussi, encore étudiant, lui aussi, à l’époque de la publication mais dans tous les médias et comm des institutions européennes), qui prétend enterrer l’HCQ pour de bon.

 

Article complet https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/chloroquine/que-vaut-la-nouvelle-meta-analyse-sur-l-inefficacite-de-l-hydroxychloroquine-contre-le-coronavirus_4086719.html

 

Dominique Costagliola, directrice de recherche à l’INSERM (retenez bien ce nom pour la suite), vante l’excellence de l’étude et la méthode Cochrane employée par ses étudiants sur tous les plateaux TV et dans les médias mainstream. Pourtant, une question posée mi-octobre 2020 (ici) par des confrères va remettre en question toute l’étude et le château de carte va s’effondrer, jusqu’au désaveu à demi-mot par l’éditeur le 07/10/2020, sans qu’aucun média ne l’évoque (à part France Soir qui a interviewé le détracteur). Cependant, malgré les preuves apportées, les biais, le non-respect de la procédure réglementaire d’enregistrement auprès de Prospero (base de donnée permettant l’enregistrement des protocoles), le désaveu de l’éditeur, l’article n’a JAMAIS été rétracté, il continue donc de servir de base « scientifique » prouvant l’inefficacité de l’HCQ!!!

 

https://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com/article/S1198-743X(20)30649-2/fulltext

 

21/10/2020, la RTU (recommandation temporaire) de l’HCQ est révoquée par l’ANSM

 

 

La promotion du Remdesivir

Le Remdesivir, développé en 2015 par Gilead, est un « inhibiteur viral de l’ARN polymérase », c’est-à-dire un médicament qui interfère avec la production de matériel génétique viral pour empêcher le virus de se multiplier. Il est administré en intraveineuse (200mg). A savoir, c’est un médicament ayant des propriétés mutagènes, il introduit des modifications dans la zone Spike du virus.

Dans l’audition du Pr Raoult par la commission de l’Assemblée Nationale (je vous le recommande, c’est croustillant), on apprend que dès début mars, Yazdan Yazdanpanah, chef de service à Bichat, siégeant aussi au conseil scientifique, n’avait à la bouche que le Remdesivir, avant même d’avoir une quelconque preuve scientifique de son efficacité. Il a été décidé par le ministère qu’il piloterait les essais cliniques français.

Extrait audition Raoult commission Assemblée Nationale 24/06/2020

 

Selon les premiers essais cliniques aux USA, le Remdesivir ne réduit ni la mortalité des patients hospitalisés, ni n’améliore leur état. Gilead n’a pas abandonné pour autant.

03/04/2020 : mise à disposition en Europe dans le cadre d’un usage compassionnel, élargi par EMA le 11/05/2020.

07/04/2020 : d’après le registre transparence de la commission européenne, le labo rencontre la responsable santé de la CE, Stella Kyriakides.

23/04/20, l’OMS publie par erreur sur son site les résultats préliminaires de l’étude démontrant sa non-efficacité, avant de l’effacer. Gilead décide alors de repositionner sa molécule sur la réduction de la durée d’hospitalisation. Après de nouveaux essais (ACTT-1) conduits par le NIAID, ils concluent que cela déduit de 4 jours la durée d’hospitalisation (sur une moyenne de 15 jours).
Sur ce nouveau positionnement, il obtient une autorisation conditionnelle par la FDA le 21/05/2020 (aux forceps). La publication du Lancet (propriété du fond de pension US Blackrock, aussi actionnaire de Big Pharma dont Gilead) date du 22/05 pour rappel…

 

Extrait le Monde 240420 https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/04/24/contre-le-coronavirus-premiers-resultats-non-concluants-de-l-antiviral-remdesivir-lors-d-un-essai-clinique_6037632_1650684.html

 

Il en découle que l’UE, qui se base souvent sur les décisions américaines, donne son feu vert à l’étude d’une AMMC début juin (effective 03/07/20). L’EMA, le 08/06/20 (rendu public dans un communiqué de presse du 25/06/20).

15/07/20, obtention de l’ATU par la HAS. Presque un parcours sans fautes.

28/07/20, Stella Kyriakides passe une première commande (un peu passée sous silence, sans négociations) de 63M €, financés le programme d’aide européen ESI, de quoi traiter 33k patients graves hospitalisés, à un tarif vraiment indécent pour un traitement inefficace.

 

Extrait Le Monde

 

Extrait Le Monde prix revient remdesivir

 

17/09/20 : La HAS refuse le remboursement par la Sécu après que Gilead ait retiré son dossier de demande de remboursement alors qu’il était éligible et que cela avait été pré-validé en juillet en commission… Du jamais vu…

25/09/2020 : Gilead reçoit le manuscrit de l’essai Solidarity piloté par l’OMS, avant publication. Sans surprise, les conclusions sont négatives : pas d’incidence sur la mortalité, ni sur la durée d’hospitalisation.

Extrait le Monde https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/27/covid-19-comment-gilead-a-vendu-son-remdesivir-a-l-europe_6061300_3244.html

 

02/10/2020 : L’EMA lance une alerte pour des problème rénaux (effets secondaires déjà connus depuis 2018 selon un avis du HCSP)

 

07/10/2020 : UE commande 500k doses dans un « accord de passation conjointe de marché »

08/10/2020 : l’UE apprend les résultats préliminaires de l’essai non concluants de l’OMS Solidarity (qui seront officialisés le 15/10)

Extrait Marianne du 05/12/20

 

Extrait Marianne  https://www.marianne.net/politique/union-europeenne/remdesivir-inefficace-comment-la-commission-europeenne-sest-laissee-seduire-par-gilead

 

14/10/2020, la DGS envoie un mail aux hospitaliers pour annoncer la disponibilité du Remdesivir (Veklury) pour traiter les malades, tout en précisant bien qu’il existe un risque d’insuffisance rénale en l’administrant.

23/10/2020, l’ATU (autorisation temporaire) est révoquée par l’ANSM… MAIS…

24/10/2020, le Remdesivir est proposé gratuitement en soin hospitalier, directement par Gilead, alors que les premiers résultats dans les essais SOLIDARITY/RECOVERY ne sont pas probants. Vous noterez qu’outre la temporalité parfaite, le sort réservé à l’HCQ (révoqué le 21/10/20, avec interdiction de prescription et incitation à délation en cas d’ordonnance hors AMM) est très différent de celui du Remdesivir.

 

20/11/2020 : L’OMS recommande de ne plus utiliser le Remdesivir contre la covid19 chez les patients hospitalisés, quel que soit la gravité de la maladie

23/12/2020 : La HAS réactualise ses données et restreint son usage

27/01/21 : dans un communiqué de presse, l’INSERM annonce l’arrêt du Remdesivir dans son essai Discovery car il n’a pas su prouver son efficacité

 

Vous pensez naïvement que tous ces échecs fulgurants avaient pu condamner l’usage du Remdesivir et le reléguer au placard??? Vous auriez tort. Gilead a repositionné son médicament sur les patients non oxygénés. L’EMA a accepté et de nouveaux essais cliniques sont en cours depuis fin février 2021… C’est ce qu’il advient lorsqu’un labo finance l’institution pour plus de 800K/an…

 

La course aux tweets dégradants

Mi-janvier 2021, il n’a suffi qu’un seul tweet à Thibaut Fiolet (et oui, toujours les mêmes) pour relancer la polémique sur l’hydroxychloroquine en prétendant qu’un article publié par l’IHU avouait la non-efficacité de celle-ci. Et paf, la presse se jette dessus, c’est en UNE le lendemain…

 

 

Le 25/03/21, la CADA, qui avait été saisie suite au refus de l’ANSM de communiquer des documents sur la fin des essais cliniques sur l’HCQ, a donné raison aux demandeurs. Tous les échanges par courriers, mails, tout documents relatifs à ces essais devront être publics et accessibles à tous… C’est une première victoire dans la recherche de la vérité….

 

Je vais conclure cet article, très, très, très long ici. Je vous démontrerais par la suite que le même sort a été réservé à l’IVERMECTINE (et autres molécules repositionnables) au profit des anticorps monoclonaux, tout comme d’autres découvertes inconcluantes mais très lucratives (parce que des preuves flagrantes commencent à émerger du chapeau magique)…

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

4

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.