La valse des étiquettes

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais à chaque fois qu’un vêtement un peu onéreux me plaît, mon premier réflexe est de jeter un œil à l’étiquette pour voir l’entretien préconisé. Enfin ça c’était avant.

Pendant des années, je me suis laissée dicter ma conduite par les préconisations des fabricants qui à la réflexion sont absurdes. Maintenant, dès que l’on tape dans des marques comme Maje, Sandro & co même le coton doit aller au pressing si on les écoutait! A se demander si le fabricant n’avoue pas là implicitement une fragilité voire une mauvaise qualité de ses propres produits. Ces étiquettes ont perdu toute notion informative au profit du répressif anticipé. Ainsi, si une cliente insatisfaite vient se plaindre en magasin que son chemisier en coton a fortement rétréci au premier lavage, elle se verra répondre qu’il fallait en confier l’entretien à un pressing comme stipuler sur l’étiquette et ne pourra faire valoir ses droits auprès de la marque. Je trouve ces pratiques trop rependues et non respectueuses pour la clientèle (que l’on prend pour des idiotes juste bonnes à claquer leur argent).

entretien-linge-symboles

Je pense que nous sommes nombreuses à ne pas avoir les moyens d’amener au pressing toutes nos jolies fringues, exception faite de quelques manteaux que l’on confie une fois l’an l’entretien à un pro. Personnellement, je m’abstiens même de le faire après avoir compris qu’à part le cuir, tout peut aller en machine mais à condition de prendre certaine précaution. Voici quelques unes de mes astuces qui me simplifient la vie au quotidien !

La soie : c’est une fibre ambiguë car elle est à la fois très fragile et très résistante.  En faite la matière est solide mais elle est fragilisée une fois mouillée aux endroits d’où partent les coutures car le fil casse la fibre. Elle n’aime pas être essorée à la main. Finalement, ce qui l’abime le moins c’est encore le lavage à froid en machine en cycle délicat dans un filet de protection avec un shampooing spécifique (mais attention, à laver seule sinon le poids d’autres vêtements pourraient l’abimer) puis de l’étendre à plat tout en évitant le soleil direct qui la décolore.

La laine : c’est un peu la même chose que la soie à part qu’en plus un mauvais entretien peut la faire feutrer ce qui n’est ni joli ni agréable. La température de lavage doit demeurer constante et plutôt froide/tiède (30°c)  pour éviter que les fibres ne se resserrent et que la matière rétrécisse. Elle ne doit pas être essorée, doit aussi être séchée à plat et n’aime pas non plus le soleil.

Le synthétique : c’est le plus simple à entretenir. Le plus embêtant c’est que c’est la matière qui pompe le plus les couleurs qui déteignent et après c’est difficilement récupérable, donc attention au mélange clair/ obscur avant de lancer une machine. Ou alors penser à rajouter systématiquement une lingette qui absorbe les couleurs (ça marche super bien).

Le coton & lin : ce sont des fibres dures donc les plus robustes mais aussi les plus emmerdantes car elles se froissent. Un conseil, ne jamais les laisser commencer à sécher dans le lave-linge. Les étendre de suite et bien prendre le temps de tirer sur les coutures avant de les étendre. Faire attention où l’on met les pinces  à linge car elles marquent ou peuvent déformer le vêtement. Si vous suivez bien mes conseils vous pourrez comme moi dire adieu au fer à repasser (je ne sais même plus où il est rangé!)

Astuce pour le cuir : il n’aime pas l’eau, ça l’abime. Pour le nettoyer, le plus simple est le lait pour bébé imbibé sur un coton voire les lingettes bébé.

Le daim est la matière la plus délicate à entretenir. En cas de tâches grasses, utiliser de la terre de Sommière qui pompe le gras puis effacer les traces avec une gomme à daim. Penser à l’imperméabiliser souvent pour éviter les soucis irréparables.

La fourrure : perso, je lave sans problème mes écharpes en lapin avec un shampooing pour laine. Après le séchage, ça ressemble un peu à un chat mouillé mais il suffit de l’ébouriffer un peu et le poil reprend sa forme initiale!!! C’est magique!!! Pour mes vestes et chapeaux conçus dans cette matière naturelle mais fragile j’utilise du shampooing sec. Je bombe (attention, faire toujours un test sur un coin qui ne se voit pas trop avant, au cas où), je laisse poser 2 minutes et puis je brosse délicatement dans le sens du poil.

Voilà, depuis que je sais tout ça, je lave tout tout tout en machine (manteaux, robe de soirée, veste de smoking même les vestes vintages fragiles), je ne me gâche plus la vie à courir après un pressing hyper cher ( qui plus est utilisant des solvants nocifs voire allergènes en nettoyage à sec) et toujours fermé au moment où on en a besoin.

Et vous, quelles sont vos astuces?

 

 RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

 

0

Une réflexion sur “ La valse des étiquettes ”

  • 8 avril 2014 à 15 03 22 04224
    Permalink

    Quel beau billet, tellement utile !
    Pour ma part je n’achète plus de vêtements synthétiques, même si, d’accord avec toi, ils sont faciles à entretenir mais souvent très désagréables au contact avec la peau. Quant aux pièces plus capricieuses, direction pressing de temps à autre. Le coton reste le bon allié, la soie pour des occasions spéciales, quoique chez vous dans le Sud, on porte sans doute davantage de matières légères et fluides que nous dans le Nord (Lyon 🙂
    Bisous
    Lana
    http://goodstylelittlemoney.com/

    Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.