Les tribulations d’une employée corvéable – Part II Premiers Jobs

Après la galère des stages obligatoires (non rémunérés) & des jobs d’été relatés (ici) et l’impression d’être une esclave moderne, fin 2003, fraichement diplômée, me voici donc lancée dans la quête du Graal CDI

Fin 2003 : vendeuse déco (Le temps partiel en centre commercial qui craint)

Après plusieurs mois de recherches infructueuses, je dus me rabattre vers la précarité : un CDI oui, mais à temps partiel, de vendeuse déco pour un salaire minimaliste assorti de grosses responsabilités, sans WE ni vacances… Encore, dans mon malheur, l’équipe composant les deux magasins accolés ayant le même patron était très sympa et soudée (tous dans la même galère en gros). Mais là encore, je me rendis vite compte que la situation n’était pas envisageable à long terme. Des cadavres de souris jonchaient le sol des réserves, l’odeur était insoutenable, des fuites d’eau sale provenant de canalisations défectueuses nous coulaient sur la tête par inadvertance (ça m’aura au moins permis de faire renouveler mon vaccin contre le tétanos). Pas de sièges pour se reposer donc contrainte de rester debout parfois 11 heures par jour, WC régulièrement en panne donc obligée de se retenir du matin au soir faute de pouvoir laisser le magasin à l’abandon, des clients prêts à vous taper dessus lorsque vous énoncez ne pas accepter les chèques (consigne reçue : ne pas accepter les chèques des « étrangers », alors que le magasin était situé au cœur des cités les plus coriaces de Marseille, donc il était évident que cela serait notre clientèle principale…).
Ah oui, j’allais oublier les doux souvenirs de braquages de magasins voisins où on voyait des types munis de kalaches passer en courant devant notre boutique, et le défilé de policiers tout le reste de la journée analysant les douilles de balles laissées sur place, au moins ça brise la monotonie, mais  l’idée de mourir pour deux tiers de SMIC après 5 années d’études supérieures me laissait dubitative…

J’ai tenu 3 ans et demi (mon record), tous les employés ayant démissionné les uns derrière les autres, j’étais la dernière, et toujours pas de perspective de temps complet à l’avenir par soucis d’économie.
Par une belle journée où je m’ennuyais plus que les autres, je lus d’une traite le seul bouquin disponible : la convention collective. Ce fut une révélation. C’est à ce moment là que j’ai compris l’ampleur de l’exploitation à laquelle j’étais soumise depuis plusieurs années. Je me décidais à me faire entendre et à entamer des négociations, notamment afin de mettre à jour mon contrat de travail pour être reconnue comme adjointe de magasin et non comme vendeuse sous qualifiée. Quelques semaines de chantage plus tard et 0,13€ centimes brut de l’heure en plus sur ma fiche de paie, je me résolus à donner ma démission moi aussi… Et le magasin tira le rideau quelques temps après mon départ.

 

2007, enfin le GRAAL : Assistante commerciale RH en SSII

Via mon réseau, j’obtins miraculeusement un vrai CDI, à temps complet, avec un salaire au dessus du SMIC, une mutuelle, des tickets resto, soit un emploi normal, tout de même presque 5 ans après être rentrée dans la vie active (comme quoi, ça se mérite). Par contre, c’était dans un domaine qui m’était inconnu. Je bossais seule, sous la direction de responsables régionaux, à 620 km de mon PDG, et je n’ai reçu aucune formation (maintenant, je suis une pro du système D, dommage que cela ne puisse pas figurer dans mon CV). Je me suis autoformée au poste (mal défini en plus). En gros, je devais m’occuper de la gestion commerciale, administrative et logistique de 3 agences de province, ainsi que du pôle RH (recherche de candidats potentiels, gestion du personnel)…

Je pus me rendre compte rapidement que les promotions parisiennes étaient bien plus fulgurantes qu’en province. En effet, à mon arrivée la standardiste qui n’était dans l’entreprise que depuis 4 mois venait d’accepter le poste d’assistante de direction et s’apprêtait à recruter une personne pour la remplacer au standard. La sélection fut réalisée de manière très pertinente, je pus entendre malgré moi les propos tenus par le directeur commercial argumentant son choix « t’a vu un peu la paire d’obus ». Très classe, très pro. Il avait effectivement dû s’arrêter là concernant l’étude de sa candidature car pour le reste, la réflexion n’était pas vraiment son fort. Elle était, comment dire, nature (brave comme on dit dans le sud)… Ils se rendirent d’ailleurs rapidement à l’évidence qu’elle ne correspondait pas du tout au poste, alors ils lui ont offert une formation… OK, le souci, c’est que pendant ce temps là, il fallait la remplacer. De plus, à son retour, elle était toujours aussi nulle. Soit, donc ils lui ont proposé une promotion : assistante du directeur commercial. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour garder dans ses effectives une blonde à forte poitrine ! Elle n’était plus la vitrine de la société, mais cachée dans un bureau à faire des bêtises toute la journée et il ne fallait pas moins l’intervention de 3 personnes pour réparer ses erreurs quotidiennes. Pendant ce temps, la nouvelle assistante de direction s’était octroyée le titre ronflant de DRH… Fulgurantes les promotions je vous disais.

Il y a eu le bon temps, celui où les affaires coulaient à flots et où l’argent était dilapidé négligemment :

♦ Nouvelle voiture de fonction pour big boss (Maserati haut de gamme) avec laquelle il s’amusait à faire la course avec les commerciaux (en Laguna de fonction) sur les périphériques parisiens. Le but : celui qui se ferait le plus flashé dans le mois. C’est drôle hein! D’autant plus que le plus souvent, ils étaient fortement alcoolisés! Y a un Bon Dieu, ils n’ont heureusement jamais tué personne…
♦ Nouveau Mac pour le PDG, ah zut ce n’est pas compatible avec les Blackberry, qu’à cela ne tienne on passe à l’iPhone. Comment ça on ne peut pas pour une seule personne, et bien mrd, l’iPhone c’est plus premium que le Blackberry d’abord, donc on va changer toute la flotte de téléphone. Comment ça il faut aussi changer la flotte de PC qu’on vient juste d’acheter ainsi que le serveur?

Voilà comment des petits caprices de notre PDG, plus soucieux d’avoir un montre *BIP* à son poignet avant ses 50 balais que de la santé financière de son entreprise, sont venus à bout d’une société ayant les reins solides avec plus de 250 personnes. Et j’en passe entre les soirées à 10 000€ pour émerveiller clients et collaborateurs, l’agrandissement des locaux tout juste achetés, les séminaires fortement alcoolisés à l’étranger, l’installation d’une pompe à bière dans les bureaux… Il arrive forcément un moment où la coupe déborde et où il faut rectifier le tir, et bien sûr, qui en paie le prix fort à chaque fois : les salariés!!!
On a commencé à me dire qu’avec la CRISE, il faudrait licencier sous un motif quelconque les employés en CDI alors en inter-contrat (entre deux missions, jugés les moins rentables), si possible en commençant par les plus âgés (les plus chers).

Arrivât le mois d’octobre 2008, par un beau lundi matin de conf call, j’appris que tout était beau dans le meilleur des mondes. La société avait réalisé un CA mirobolant, le CE disposait de 30 000€ d’excédent qui serviraient à organiser des fêtes gargantuesques en province d’ici la fin de l’année, une nouvelle agence allait émerger au Maroc… Que demander de plus ? On pourrait presque en venir à parler d’augmentation…

C’était sans compter sur la visite impromptue du PDG 4 jours plus tard. En gros, je vais résumer et aller droit au but tel qu’ils l’ont fait : « on t’apprécie mais on n’a plus les moyens de te garder donc tu es priée de plier bagages et ça prend effet immédiatement. Inutile de revenir demain car de toute manière tu ne seras pas payée ».
Après avoir signifié que j’avais assisté à la réunion commerciale et que je savais qu’on se foutait ouvertement de ma gueule , il y eut un blanc que le PDG comblât en criant :
« Bon ok, je veux changer de voiture de fonction pour le modèle supérieur et la différence de tarif entre les deux correspond à ton salaire annuel et comme au quotidien ma voiture m’est plus utile que toi, alors tu dégages, pigé, et si t’es pas contente on fera en sorte de te trouver une faute ENORMEEEE qui fera que tu ne pourras même pas toucher ton chômage et tu crèveras la gueule ouverte!!! »

Voilà comment on est remerciée de 2 ans de bons et loyaux services par un PDG n’ayant même pas légalement le droit de l’être en France car condamné par la justice… Mais bon, quand on connait le président de la République de l’époque, ça autorise tout et surtout n’importe quoi…

 Et oui, un CDI à temps plein, ça ne pouvait pas être qu’un rêve accessible, encore fallait-il parvenir à garder sa place.

 

A SUIVRE…

 

RETROUVEZ-MOI SURFB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

0

Une réflexion sur “ Les tribulations d’une employée corvéable – Part II Premiers Jobs ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *