Question d’indécence

Hello,

Aujourd’hui, je suis partagée entre une immense tristesse et une profonde colère…
S’il y a une chose qui me rend folle, c’est de constater que quelqu’un me prend pour une imbécile.
C’est ce qu’il s’est ENCORE produit cette semaine et depuis, j’enrage!

Mardi dernier, je me suis rendue au Salon de l’Emploi saisonnier d’Aubenas organisé par Pôle-Emploi.
Déjà, cette année, nous n’avions pas vraiment la possibilité de préparer nos entretiens car il n’y avait pas de listes d’entreprises présentes. Je suis arrivée tôt, à l’ouverture, déjà je n’ai pu que constater que dans mon domaine d’activité, le commerce, (hormis la grande distribution qui m’est interdite par la médecine du travail), il n’y avait que DEUX employeurs!!! 2 sur 70, pour 1000 candidats présents et peut-être 300 boutiques qui vont embaucher pour la saison estivale!!! Un scandale!
D’autant plus que 90% des postes proposés sont au SMIC, quelque soit ton niveau d’études, ton expérience professionnelle…

 

 

Parmi ces deux entreprises, il figurait donc… je vous laisse deviner, avec ma chance habituelle… mes deux employeurs de l’été dernier…
Ceux chez qui je n’ai pas pu faire la saison à cause de mon état de santé qui ne pouvait me permettre de faire 55h/semaine (pour un poste présenté à 35h à la base)…
Et celle qui s’est bien fichue de moi…

Petit retour en arrière. L’année dernière, j’avais postulé à une de ses offres d’emploi (elle possède 3 boutiques à proximité de chez moi) et elle m’avait convoquée à ce même salon pour un entretien. Apparemment, j’étais sa « favorite« , elle n’a cessé de me dire que je ne trouverai pas mieux, pas meilleur salaire… mais que l’ouverture de la boutique initialement prévue en mars aurait un peu de retard, qu’il faudrait que je patiente. 3 semaines plus tard, sa collaboratrice m’appela pour me confirmer mon embauche mais qu’elle n’avait pas de date de démarrage à me communiquer. Encore 3 semaines plus tard, ayant d’autres propositions de jobs, je l’ai recontactée et elle m’a dit que ce serait bien que je puisse demeurer disponible… construire une relation de confiance, blablabla…
Bref, pour la faire courte, la boutique n’a jamais ouvert à cause d’un imbroglio judiciaire et elle m’a fait perdre un temps considérable dans ma recherche d’emploi qui m’a bousillé ma saison.

J’étais donc très surprise de la voir présente à ce Salon, d’autant plus qu’une semaine plus tôt, une amie de ma mère m’avait informée du fait qu’elle avait mis en vente son autre boutique et au vue de son âge très avancé, elle allait certainement prendre sa retraite.

N’ayant pas un choix démesuré d’employeurs potentiels ce jour-là, j’ai fait la queue pour le job dating de son stand et lui rappeler mon existence (sait-on jamais d’ici qu’Alzheimer soit passé par là)! Déjà, limite elle ne se souvenait même plus de mon existence (après m’avoir suppliée de rester disponible LOL). J’ai donc dû non seulement repasser l’entretien pour un poste que j’avais déjà décroché 1 an plus tôt mais en plus elle a conclu avec un banal « ben il faudra peut-être prévoir un essai gratuit durant les vacances de Pâques« . Je vous jure que j’ai dû changer de tête. A ce moment précis, si cela n’avait pas été si tôt le matin, si je n’avais pas eu une bonne prise de sang avant de venir, si je n’avais pas été aussi fatiguée, je lui aurais bien collé une BAFFE!!!
Question indécence, on avait atteint là ma limite paroxysmale!!!

Rassurez-vous, je n’aurais pas à faire ce fameux essai puisque 48h après, j’ai reçu un courrier m’expliquant qu’elle avait finalement déniché « la perle rare » et que par conséquent, elle n’aurait malheureusement pas besoin de mes services!!! Re-LOL!!!

 


Par conséquent, je vous avoue que je me sens un peu perdue car ayant déjà postulé l’année dernière pour la quasi totalité des enseignes autour de chez moi, je ne sais pas trop quoi faire de plus cette année. D’autant plus, que mes médecins m’ont demandé de ne plus accepter de temps complet et que les temps partiels sont hyper rares en saison.

Je n’ai pas envie de me retrouver à nouveau confrontée à des escrocs comme le printemps dernier où j’ai travaillé avec une promesse d’embauche orale qui s’est soldée par un foutage de gueule supplémentaire car non seulement je n’ai jamais eu de nouvelle de l’employeur mais il a omis de me payer mon salaire…

Oui parce que ce qui explique aussi le peu d’employeurs présents à ce type de salon spécialisé, c’est une bien triste réalité : le travail au black fait légion dans mon patelin.
Tout le monde est au courant, tout le monde fait comme si de rien n’était (même Pôle Emploi, même l’inspection du travail). Ce sont eux qui font la loi, ils se sentent en position de force face à une masse salariale intarissable et souvent désespérée…

Mes allocations prendront fin en juin, après j’aviserai…

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

 

0

Une réflexion sur “ Question d’indécence ”

  • 26 mars 2019 à 1 01 09 03093
    Permalink

    Eh bien, c’est inouï ! Comment la situation peut-elle en arriver à un tel point… On n’en trouve plus ses mots… Tu as eu du courage (ou l’obligation) de retenter un entretien avec cette personne… J’espère que tu vas trouver une solution à ton problème d’embauche. Je te souhaite beaucoup de force, Crystila.

    Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.