Pourquoi je déteste fêter mes anniversaires

J-10

Mum : « Tu veux quoi comme cadeau pour ton anniversaire? »
Moi : « … » Malaise : « Je ne sais pas, j’aurais besoin de ça, ou pourquoi pas de ça ou encore ça… » Retournement de cerveau…
Mum : « Pfff ah non pas ça ce n’est pas un cadeau », « ah puis ça non, c’est inutile », « ça mais t’en as 15, tu n’en as pas besoin d’autres »
Moi : « … » « Et bien, fais comme tatie, donne-moi des sous, je m’en servirais pour le déménagement? »
Mum : « Fille I-N-G-R-A-T-E, je suis déjà bien bonne de te demander ton avis et tu oses me quémander de l’argent, tu m’as prise pour qui, Crésus?!!! »
« Puisque tu y mets de la mauvaise volonté, ton père et moi on improvisera, tant pis si cela ne te plaît pas… »
Moi … Sueur sur mon front parce que d’expérience, ils ont déjà fait leurs preuves par le passé…

J-7

Mum : « C’est bien beau mais on invite qui pour ton anniversaire? »
Moi : « Mon oncle? » (seule famille à 250km à la ronde)
Mum : « On le lui a déjà demandé 3 fois, pas de réponse, il n’a pas l’air intéressé… »
Moi : « Ta copine d’enfance » (qui nous invite souvent chez elle)
Mum : « Mouai » sans conviction. « Pas certaine que ça l’intéresse »
Moi : « La voisine sympa, toujours seule » …
Mum, levant les yeux au ciel : « On ne mélange pas les torchons avec les serviettes, je ne vais pas inviter MES amies avec une paysanne voyons » …
Moi, blasée : « ta copine, c’est une fille de paysanne, elle ne s’offusquera pas, et puis en Ardèche, tout le monde est aïeux de paysans, crotte!!! »
Moi : « Les cousins de Lyon? »
Mum : « Non mais ils ne se déplaceront jamais pour ça!!! »
Moi : « Ben si ça n’intéresse personne, pourquoi se donner du mal, STOP, on ne fait rien, je n’en mourrai pas! »
Mum : « Nooooooooooooooon, tu n’y penses pas, j’ai déjà sorti ma nappe et prévu mes assiettes, verres, couverts, déco, fleurs… »
Moi : « Ok, donc on fête mon anniversaire pour que tu te fasses plaisir à décorer la maison… »
Mum : « Fille I-N-G-R-A-T-E !!! Blablabla » / Hurlement jusqu’à la fin de la nuit…

J-3

Mum : « Qu’est-ce que tu veux manger pour ton repas d’anniversaire? »
Moi : « … » réflexion de 3 secondes
Mum : « Non, parce qu’avec ton père, on avait prévu ça en hors d’œuvre, tu comprends c’est pratique, ça salit pas les assiettes, puis ça en plat, accompagné de trucs…blablabla »
Moi : « Ben je ne sais même pas pourquoi tu me poses la question si tu as déjà tout prévu« …
Mum qui hurle à s’épousseter le gosier : « Tu n’es qu’une ingrate, on veut te faire un diner et tu critiques… »
« Déjà que ça va me prendre de MON temps, me fatiguer, je suis vieille maintenant, je ne devrais plus avoir à faire ça pour toi, surtout à ton âge!!!
Sans compter que je vais passer la nuit à RANGER après, tu n’es qu’une fille I-N-G-R-A-T-E !!!
« 

J-2

Mum : « Et pour le gâteau, on prend quoi? »
Moi : « … » réflexion de 3 secondes
Mum : « Non parce que tu comprends, chez Bidulle c’est mauvais, Machin est fermé pour congés, Truc oublie toujours de préparer les commandes… »
Moi : « Je pourrais préparer un dessert? »
Mum : « Ah non, je vais faire une belle table, on ne mettra pas une de tes expériences culinaires sur MA table, tu vas me faire honte! »
Moi : « … »
Mum : « Je crois que ta tante va les acheter à Nîmes, il faudrait lui demander où elle va? »
Dad : « Non mais atterri, je ne comptes pas faire 200km pour aller acheter un dessert!!!! »
Mum : « Vous vous liguez TOUJOURS contre moi alors que je me démène à trouver des solutions!!! »
Dad : « Y en a des bons chez Super U sinon? »
Mum : « Quoi, tu veux me coller la honte en achetant un article bas de gamme pleins d’additifs, on n’est pas chez les ploucs! »
Dad : « Y a ni plus ni moins d’additifs chez le pâtissier, à part que ce n’est pas marqué. J’ai vu une belle mousse aux fruits au rayon frais… »
Mum : « Beurk, j’aime pas les mousses »
Dad : « Oui mais ta fille les aime et c’est son anniversaire, non? »
Mum : « Si c’est comme ça j’ANNULE TOUT, J’EN AI MARRE!!! « 

Bon, vue les hurlements par la suite, je suis partie me coucher…

J-1

Hurlements constants/ courses / disputes / enfer/ stress/ préparation/ bref je suis au bord de la crise d’asthme

Mum : « Tu vas mettre quoi? »
Moi : « Ma nouvelle robe. »
Mum : « Celle avec les dessins ridicules? Tu ne crois pas que tu as passé l’âge? Qu’est-ce que tu veux, me coller la honte? Te déguiser? Pfff!!! Déjà que tu ne ressembles à rien, t’as vu ta tête, vas au moins chez le coiffeur, on dirait une serpillère!!! Moi je vais passer l’après-midi à me faire un brushing, à côté, tu vas faire tâche. Après, ne le prends pas mal, hein, c’est pour ton bien que je dis ça. Les autres, ils n’en pensent pas moins, c’est juste qu’ils sont trop polis pour te le dire, hein » !!!

H-1

Après avoir subi la torture du coiffeur… Et m’être délestée de 40 boules au passage…

Mum : « Moui, elle ne t’a pas bien coupée là » (mèche cachée dessous/derrière), « tu as été chez une coiffeuse au rabais pour faire des économies??? »
Moi : « … »
Mum : « Ah, finalement, tu as mis ta robe bleue marine? Mouai, bof, c’est triste, c’est terne, ça fait enterrement sur toi. De plus, la forme ne t’avantage pas, tu parais encore plus grosse que ce que tu n’es ». « Et puis ça ne m’arrange pas parce que moi aussi j’avais prévu une robe dans ce style. On va passer pour quoi si on met la même chose. »
« Rhhhhhhooo et puis c’est quoi cette immondice à tes oreilles, non mais quittes-moi ça ou j’ANNULE TOUT, tu me fais trop HONTE!!! Tu te déguises, tu passes pour une idiote
, c’est triste pour toi si tu ne t’en rends pas compte. Non mais bon, déjà que tu n’es plus de première jeunesse, t’es un peu périmée quoi hein, que tu es toute seule, sans enfant, et que tu as raté ta vie, tu pourrais au moins faire en sorte de te mettre à ton avantage, non? « 

Puis, hurlement jusqu’à 19h29 jusqu’à ce que les premiers invités arrivent.

Passer la soirée en serrant les fesses, en espérant que tout se déroule bien, que personne ne s’engueule, simuler la joie à l’ouverture des cadeaux, et attendre que ça passe…

 

Vous comprenez pourquoi je n’aime pas fêter mon anniversaire en famille???

Ouf, 364 jours de répit…

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

5

Boxer du bon côté du ring

Pour ceux qui ne me connaissent pas, la polémique ne me fait pas peur, d’où cet article humeur qui pourra choquer certain(e)s d’entre vous, je m’en excuse par avance, mais je n’apprécie guère que l’on me dicte ma conduite…

L’autre jour, on m’a fait la remarque que je ne devrais pas prendre position pour les Gilets Jaunes car tout bon citoyen « devrait » soutenir les forces de l’ordre.
Navrée mais dans le contexte actuel, je ne me sens pas légitime à soutenir des personnes qui acceptent d’être rémunérés pour en blesser d’autres.

 

 

Je suis quelqu’un de plutôt pacifiste, mais on m’a appris très jeune à ne pas tendre l’autre joue si je devais recevoir un coup mais à le rendre plus fort.

Je suis assez outrée de constater que, dans le pays des droits de l’homme, chaque manifestation ces dernières semaines, laisse des hommes et des femmes handicapés pour le restant de leurs jours. Et par dessus tout, que cela soit fait en toute « légalité »!!!

Les grands Médias, ceux du CAC40, mentent, ou plutôt omettent d’en parler ouvertement, comme pour en faire de banales singularités. Ainsi, nous avons vu dès le 17 novembre, un bandeau annonçant « x blessés au cours de la manifestation« , mais sans pour autant donner de détails, parce que le détail, c’est ce qui ancre dans la réalité, comme l’image, cela donne du sens. « Blessé« , ce mot à la fois fort de sens, et qui hors contexte, ne veut plus rien dire. Je me blesse lorsque je me coupe avec une feuille de papier ou que je me tape l’orteil dans un meuble, aussi bien que dans un accident de voiture, pourtant la blessure qui en résulte n’est pas du même ordre. Le contexte annonce la gravité, ainsi, ce n’est pas le mot approprié selon moi, au vue de la sévérité des faits, on dit mutilé. « Un enfant a perdu ses doigts« , « une jeune fille a été énuclée« , cela n’a déjà plus le même impact psychologique. Cela appelle l’empathie : « ça aurait pu être moi »!
C’est donc, en quelque sorte, une information insidieusement silencieuse dans la mesure où, étant tabou, il faut aller la chercher. Il faut fouiller les tréfonds du web pour y avoir accès. Cela nécessite donc de prendre le temps de s’informer, de savoir faire le tri entre les fakes news et la réalité, ce n’est pas à la portée de tous. J’en discutais encore l’autre jour au cours d’un dîner animé avec mon oncle qui frôle les 80 ans et qui pense naïvement que tout ce qui est dit aux infos est vrai!!!
Bien entendu, je ne cautionnerais jamais la violence envers les journalistes mais il faut reconnaître que certains, étant dépourvus d’éthique, ont sali la profession. Cela me touche profondément car cela demeure mon métier de cœur (photographe de presse). Néanmoins, il faut savoir que la plupart de ceux qui sont envoyés sur le terrain sont des pigistes (sous-payés & précaires) n’ayant aucun pouvoir de décision en rédaction (donc pas responsables de la manipulation de l’info à laquelle on assiste ouvertement à chaque JT).

Aujourd’hui, plus d’une centaine de personnes ont vu leurs vies basculer (voir l’article de Libé) dont 14 énucléés, 5 mains arrachées, des fractures par dizaine, des hémorragies cérébrales peut-être irréversibles. Sans compter les victimes collatérales, comme la mamie marseillaise touchée au visage par une grenade, chez elle, qui décéda à l’hôpital, ou ce jeune homme de 15 ans parti faire des courses avec sa maman, blessé à la tête…

 

Ulrich Lebeuf/ Myop copyright

 

Comment peut-on affirmer être en démocratie et autoriser l’utilisation d’armes de guerre sur une population tentant de faire valoir ses droits ?
Comment peut-on se regarder dans un miroir le soir en sachant que l’on a blessé gravement son semblable?

J’avoue que j’ai regardé les images du boxeur avec admiration !!! Oui de l’admiration c’est le mot le plus juste.
Le voir bondir pour défendre les manifestants désarmés, démunis, piégés, encerclés, gazés, apeurés, j’aurai voulu être en mesure d’en faire autant. Chacun de ses coups étaient légitimes à mes yeux, faire reculer l’ennemi, c’est ce que l’on apprend à faire à chaque combattant en temps de guerre!
Parce que oui, c’est révoltant à dire mais la police se comporte comme une milice, elle a failli dans sa mission républicaine : protéger ses concitoyens. Appelés étymologiquement les gardiens de la paix, quel terme devenu abjecte à utiliser alors qu’ils sont devenus les sentinelles de la répression.

Qu’il y ait des éléments perturbateurs en marge des manifestations, c’est un fait. Que des casseurs saisissent l’opportunité de faire profit d’un rassemblement et de voler des commerçants, ce n’est malheureusement pas nouveau, cela est même récurrent (vous vous souvenez de la coupe du monde au passage ?). Mais cela est toléré, pire ces gens là sont tous bien connus des services de police, qui sont invités à fermer les yeux. Pourquoi? C’est toujours utile d’avoir des éléments perturbateurs sous la main pour légitimer la répression offensive des forces de l’ordre et décrédibiliser un mouvement social.

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

1

De l’amour à la haine

Je voulais aborder un sujet avec vous qui n’est pas très gai mais auquel nous pouvons tous être confrontés un jour ou l’autre au cours de notre existence : la détérioration des sentiments. Qu’ils soient amoureux , familiaux ou amicaux, c’est aussi complexe à gérer que douloureux à vivre.

Voyez-vous, suite à mon déménagement en Ardèche, j’ai été contrainte de retourner vivre chez mes parents durant quelques mois car les travaux ont pris beaucoup de retard et ma courte location temporaire de 3 mois n’a pas été suffisante pour palier aux impératifs. Je ne vous cache pas, qu’à mon âge, c’est très compliqué de subir une cohabitation, d’autant plus que, dans mon cas, elle est particulièrement difficile car il y a tellement d’interdits/obligations dans la maison de ma mère que cela ressemble plus à une prison qu’à un foyer… Limite pour se faire un thé il faut demander une dérogation en 3 exemplaires… D’où ma présence sporadique par ici ces derniers mois, il m’est très difficile d’écrire car pour cela il faut du calme et avoir l’autorisation de sortir le PC plus de 10 minutes consécutives sans avoir quelqu’un qui vous hurle « si t’as rien d’autre à foutre je vais te trouver une activité« …
Inutile de préciser que non, bloguer n’en est pas une, ça ne rapporte pas d’argent, donc pour ma mère c’est aussi futile qu’inutile.

Je suis partie assez jeune de chez mes parents car je n’ai été que trop confrontée à la violence et je ne m’y sentais pas à ma place, telle une pièce rapportée qui dérange. J’ai toujours été très indépendante ; j’aime par dessus tout la solitude. J’ai besoin de vivre en paix, sans confrontation constante. Ce n’est hélas pas la même chose dans tous les foyers. J’ai assisté durant des années au déclin du couple formé par mes parents. Ce n’est pas quelque chose d’aisé de servir d’arbitre et de devoir être confrontée à prendre position alors qu’on aimerait ne pas avoir à s’en mêler.

 

Détail d’une œuvre de Banksy. – El Payo copyright

 

Lorsque j’étais enfant, ils étaient assez fusionnels, au point de ne pas avoir ma place parmi eux. Je ne suis jamais partie en vacances avec mes parents, je n’ai jamais été au cinéma, ni au musée avec eux, rien, aucun bon souvenir ne nous lie.

Puis les disputes furent quotidiennes, pour des broutilles. Sans surprise, elles ont laissé place à la violence… Verbale dans un premier temps, puis physique. Les coups pleuvaient des deux côtés, les objets volaient. Si je ne parvenais pas à m’en extraire alors je devenais malgré moi le punching-ball de leurs frustrations personnelles refoulées. Alors j’ai fuis, par survie, tout en sachant que mon absence ne réglerait en rien leur quotidien, ponctué d’appels à la gendarmerie, de dépôt de plainte et de séjours aux urgences. Je pense pouvoir dire sans honte que j’ai rêvé qu’ils divorcent, mais la séparation n’a jamais été envisagée car je crois que malgré la haine profonde qu’ils se portent, ils sont incapables de vivre autrement.

 

C’est très déstabilisant de voir qu’un amour passionné puisse se transformer en dégoût de l’autre avec le temps. Ainsi les années ont passée mais leurs habitudes n’ont immuablement pas changées. Aujourd’hui encore, il est impossible de prendre un repas sereinement sans entendre des noms d’oiseaux, de voir des objets voler et des mains se lever. Et le pire dans tout ça, c’est qu’en étant adulte maintenant, mes parents attendent de moi que je prenne position alors que ce n’est pas mon rôle. Être témoin est déjà suffisamment éprouvant comme ça, toute mon énergie y passe à temporiser, il faudrait que je parvienne encore à argumenter. Je n’en ai ni l’envie ni la force. Surtout que les tords sont partagés.

Mon père est plutôt fermé, c’est impossible de parler avec lui, il s’occupe de toute l’intendance sans jamais dire lorsque cela ne va pas, demander de l’aide étant un signe de faiblesse.
Ma mère est une égoïste se comportant en princesse, n’ayant aucun sens des priorités ni des responsabilités, elle est capricieuse et attend des autres qu’ils soient entièrement dévoués à sa personne. Se sentant dévalorisée par sa position de femme au foyer, elle s’est réfugiée dans le ménage intensif, se rendant esclave de sa maison, temporisant son quotidien aux tâches ingrates et ne s’accordant aucun répit récréatif. Pas de visites d’amis, ça salit ; pas de jeux, ça dérange ; pas de cuisine récréative, ça contraint à ré-nettoyer. Ainsi sa maison est devenue un carcan végétatif, un cercueil, un musée immuable dans lequel la vie n’a pas sa place. En vieillissant, ne parvenant plus à faire face, elle contraint son entourage à prendre le relais, puis elle se plaint de sa vie minable dont la faute ne peut être qu’imputable aux autres…
Ce n’est pas ma vision des choses. Personne n’a une vie parfaite. On vit des moments exceptionnels, ponctués de périodes plus ou moins difficiles, mais quoi qu’il en soit, on demeure acteur de sa vie. Attendre de son entourage une solution à tout n’est pas pertinent en soi. Hors comment parvenir à raisonner des gens qui n’ont pas les mêmes positionnements que les vôtres?

 

De l’amour à la haine, la frontière est si mince. Se dire que ce qu’on a admiré un temps chez l’autre est la chose que l’on déteste le plus par la suite est déstabilisant, improductif, voire destructeur. Qui peut raisonnablement dire qu’il n’a jamais été déçu par une personne à qui on a tout donné et qui un beau jour, alors qu’on ne s’y attend pas, jette son fiel sur vous sans autre procès? Les relations entre les individus sont extrêmement complexes au cours d’une vie mais on s’attend à ce qu’au moins le lien familial soit un pilier fondamentalement structurel qui nous construit, nous aide à avancer, comment procède-t-on lorsque c’est une base à laquelle on n’a pas pu prétendre?

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

5