Job Saisonnier : ce Tinder de l’emploi

S’il y avait un domaine qui avait échappé à ma longue expérience professionnelle, se précarisant exponentiellement avec les années d’expérience accumulées, c’est bien l’emploi saisonnier. J’y avais vaguement goûté durant mes études mais à l’époque, le seul avantage c’était que si tu n’étais pas satisfait, tu avais la possibilité de changer de job en un claquement de doigt en l’espace de quelques jours. Il suffisait d’être motivé et fiable pour obtenir n’importe quel poste. Les conditions n’étaient pas terribles, mais cela avait au moins le mérite d’être plutôt bien rémunéré en contre-partie.

Depuis que j’ai entrepris mon changement de vie en déménageant en Ardèche, je m’attendais à avoir des déconvenues professionnelles car il n’y a pas de raison pour que les zones rurales soient épargnées, mais alors je ne m’attendais pas à ce que ce soit à ce point. Précisons que je me suis installée dans une zone très touristique, protégée par l’UNESCO, donc génératrice d’emplois saisonniers avec l’arrivée d’une forte affluence touristique étrangère en été. Il y a par contre très peu d’offres en CDI. Je le savais pertinemment mais je me suis dit qu’avec mes 10 ans d’ancienneté dans le commerce, je n’aurais pas trop de difficultés à travailler cet été, puis que j’aviserai par la suite, le temps de me constituer un nouveau réseau, voire à envisager de faire du télétravail pour une boîte lyonnaise…

Alors effectivement, bonne nouvelle, mon CV et mon expérience fonctionnent du tonnerre de Dieu!!!

J’avais été sélectionnée en avril pour travailler dans la boutique de mes rêves, spécialisée en lithographie depuis 33 ans. Un CDD de 6 mois rémunéré 2000€/mois en moyenne, pas loin de chez moi, après juste un entretien de 10 minutes, c’était trop beau pour être vrai! On a la poisse perpétuelle, ou on ne l’a pas. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie je joue… Je n’ai vraiment jamais eu de chance dans ma vie… Juste cette saison, la propriétaire a rencontré un gros soucis de local et elle ne pourra pas ouvrir!!! Donc retour à la case départ…

Depuis, j’ai arrosé mon coin de CV et on me rappelle quasi instantanément pour me proposer… des essaisnon rémunérés… généralement durant les WE ou les jours fériés!

Mon premier eut lieu un dimanche matin, dans une boutique de vêtements/accessoires style indiens. Le patron m’a présenté son activité et la boutique en 5 minutes, puis il s’est barré au bar du coin prendre… son petit-déjeuner. Avouez que c’est pratique de juger une personne sur son travail lorsque l’on n’est pas sur place… Il est revenu 1h plus tard, a discuté avec d’autres commerçants dans la rue, 2/3 clientes, puis mon heure de départ étant arrivée, il m’a sorti qu’il avait encore d’autres personnes à tester et qu’il n’avait pas bien pu observer, par conséquent ce serait bien que je puisse revenir travailler un jour férié! WTF!
Bien entendu, il a zappé mon numéro.

La seconde, ce fut le pompon. Elle m’a appelé un jour férié vers 15h pour que je vienne dans l’heure pour une formation produit car elle m’avait soit disant pré-sélectionnée pour la saison. Bilan, ça devait durer 1h, mais elle a insisté pour me montrer la fermeture car j’avais 95% de chance de bosser avec elle. 4h de boulot gratuit plus tard, elle me dit que pour que ma candidature soit validée, je dois revenir travailler un samedi de grand WE de 10h à 17h. Elle me confiât des fiches produit à apprendre par cœur en plusieurs langues pour être opérationnelle de suite (ça m’a pris tout mon vendredi). Le samedi, je suis arrivée finalement à 9h30 afin qu’elle m’explique l’ouverture. Elle m’apprit par la même occasion que je finirai en même temps qu’elle, soit à une heure indéterminée (la veille elle avait fermé à 21h, ce qui représente une journée de 12h, soit environ 120€ de salaire si elle m’avait rémunérée). Bien entendu, c’était une mise en situation gratuite, sans pause déjeuner, sinon ça ne serait pas vraiment de l’esclavage moderne, on a mangé debout derrière le comptoir en renseignant les badauds. J’appelle ça de la prostitution déguisée, on vend son âme et son corps au diable pour un banal CDD de 2 mois au SMIC avec une amplitude horaires du style 9h/minuit, 7j/7!
Le soir, elle m’apprit que je devais encore revenir pour passer un entretien avec son boss! Au fond de moi, j’étais en train de bouillir, je n’en voyais pas la fin, combien de fois allait-il falloir que je me déplace pour valider cette p’tain de candidature???
Je ne postule pas pour faire avancer la recherche contre le cancer, je vends des produits alimentaires régionaux bordel !!!
J’y suis donc retournée le mercredi suivant. Le boss nous a reçu debout, dehors, durant 7 minutes (à 2 candidats). Il nous a posé pour toutes questions : « vous habitez où? Vous êtes du coin? Vous avez des potes? Un endroit où vous garer si besoin? », enfin bref des trucs sans intérêt.
Il a conclu en nous avouant qu’il avait encore une multitude de CV à étudier et qu’il avait donné son aval à la responsable afin qu’elle nous fasse faire autant d’essais que ce qu’elle le jugerait nécessaire vue que ça ne lui coûte rien. Là, j’avoue, un meurtre a failli se produire… Quel manque de respect pour les candidats en face de toi qui ont bossé gratuitement pour ta boite, dépensé des frais d’essence, et qui sont repartis sans même une ristourne lorsque l’on a voulu acheter un article.
Bon, inutile de vous préciser que depuis, je n’ai plus du tout de nouvelles…

J’ai alors repris contact avec une boutique du plus gros village touristique voisin. Concours de circonstance, j’avais passé un entretien avec eux dans un salon de l’emploi saisonnier et nous nous étions rendus compte que l’on se connaissait car ils étaient clients d’une de mes boutiques marseillaises et je leur avais vendu des articles. Ils m’avaient rappelé fin avril car ils avaient 2 postes à pourvoir. Ils m’avaient dit être très motivés pour que j’intègre leur entreprise pour la saison car ils connaissaient déjà ma méthodologie de travail. J’étais flattée par leur proposition mais le salaire proposé était minimaliste, les heures supp pas payées, peut être sans jours de repos, 2 heures de trajet quotidien pour s’y rendre, le parking payant… Bref, je n’étais pas emballée, mais bon je leur ai signifiée que j’étais ok. Ils m’ont demandé de repasser au magasin, je pensais que c’était pour régler des formalités administratives et là ils me sortent qu’ils aimeraient bien que j’effectue une matinée d’essai… un jour de marché… Je suis tombée des nus… Autant vous dire que le peu de motivation qu’il me restait s’est envolé.

Néanmoins, je pourrais difficilement me permettre de refuser le poste car je cesserai d’être payée par Pôle Emploi à partir du 22 juin… Après mon burn out en 2015, s’en est suivi 3 ans de galères de recherches d’emploi infructueuses, jonché de remplacements ponctuels sans intérêt me permettant à peine de reconstituer mes droits…

 

 

J’ai cette désagréable sensation d’avoir été inscrite malgré moi à une sorte de Tinder de l’emploi. Face à une offre de candidats potentiels tellement importante, les employeurs sélectionnent, utilisent, jettent, puis rappellent, et enfin se débarrassent de la masse salariale en se comportant comme des merdes. Non content de devoir parfois subir ce sort dans nos vies amoureuses, nous en sommes réduits à finir sur un marché similaire en tout point dans nos vies professionnelles.
Où sont donc passées les valeurs fondamentales de respect, de politesse, de compassion, d’empathie qui régissent les liens avec autrui? Comment est-on arrivé à ce paroxysme dans le monde du travail? Les choses sont pourtant simples à la base : une entreprise a un besoin ponctuel / un candidat possède les compétences nécessaires pour y pourvoir. C’est du donnant-donnant : mon temps/mes compétences/mon expérience contre une rémunération.
Nous en sommes réduits à être considérés comme des choses, des objets, manipulables, échangeables, corvéables à merci, déplaçables et il devient limite irrévérencieux d’oser réclamer son dû en contre-partie. On devait presque se satisfaire du fait que l’entreprise nous offre un statut social durant une période déterminée.

Quand je pense que mon grand-père a été commerçant dans ce même village durant 40 ans et qu’il considérait ces apprentis comme ses enfants, je pense que de là-haut il doit se retourner dans sa tombe de voir comment on traite actuellement sa descendance…

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

5

Les tribulations d’une employée corvéable – Part I les stages

Sortie de l’école en 2003 parmi les bonnes élèves, je n’aurai jamais pensé que ma vie professionnelle puisse être aussi chaotique. D’accord, je fais partie de la génération X de jeunes qui sont arrivés sur le marché du travail avec la CRISE. Cependant, ce mot m’énerve car il permet de formaliser  une situation qui pour moi reste inexplicable. La crise a bon dos pour justifier l’injustifiable. Déjà, durant mes stages en entreprises obligatoires pour obtenir mes diplômes (donnant droit à un statut cadre, ah bon, j’attends toujours), j’avais relevé pas mal de dysfonctionnements dérangeant pour une élève formatée par le système scolaire et idéalisant un peu le monde de l’entreprise.

Premier stage (1997) : archiviste dans l’antre des fonctionnaires (les pures, les vrais)

OK, j’étais encore très jeune (17 ans), mais je pense pouvoir aisément dire que ce stage ne m’a rien apporté sur le plan professionnel, mais en sortant de là, j’étais au moins sûre d’une chose : je serai incapable de travailler toute ma vie dans cet univers fantasmagorique. J’ai passé mes journées à faire des photocopies pour différents services pendant que mes responsables se vernissaient leurs ongles, tout en buvant du thé, tout en se racontant les derniers potins, tout en jetant un œil sur leur magazine préféré (comme quoi, quand on veut, on peut parvenir à faire plusieurs tâches simultanément, dommage que dans le boulot ils ne soient pas aussi efficaces).

♦ Temps de travail quotidien effectif : 20mn
♦ Temps de présence réelle au sein de leur poste : 2h30 maxi
♦ Horaires théoriques : 9h-11h54 (il faut bien 6mn pour arriver à la cantine)/14h06 (il en faut aussi 6 autres pour en revenir)-17h…

Ce qui me faisait encore rigoler, c’est que ces employés étaient sensés pointer avant de se rendre aux toilettes (interdiction de dépasser X minutes quotidienne, donc ils n’étaient stressés que par le temps passé à la pause pipi). Mais une fois au sein de leur bureau, rien n’avançait. Un soir, à 17h05, une pauvre nana encore sur place à une heure aussi déraisonnable m’a fait remarquer que j’aurai DÉJÀ dû m’en aller ! Elle avait l’air paniqué à l’idée que je puisse faire 5 minutes supplémentaires pour finaliser une recherche entreprise sur le web !!!

Premier constat : on peut effectivement être payé à ne rien faire, il suffit de connaitre les bonnes personnes (attention, je ne généralise par pour tous les fonctionnaires, mais ceux-là étaient bien bien bien gratinés). Ces gens ont de la chance d’avoir un poste permanent car sur le marché du travail, ils ne seraient plus exploitables dans une entreprise lambda du secteur privé.

Deuxième stage (2002) : photographe pour une gigantesque société d’aéronautique

Premier jour, méga stress, on était accueilli manu militari, on nous collait tous dans une salle où on nous faisait un speech du style «la 3ème guerre mondiale est à notre porte », « l’espionnage américain qui nous guette », plus bourrage de crâne de consignes de sécurité.
Bon bref, une bonne petite sieste devant un film moralisateur plus tard, on était « livré » à nos services respectifs, et là, force était de constater qu’une tout autre ambiance y régnait : cool, cool, il était 11H34, l’heure sacrée de l’apéro géant très alcoolisé, et au vue du stock c’était parti pour durer quelques heures…
Le téléphone sonnait dans le vide mais lorsque j’en faisais la remarque on me spécifiait bien qu’il ne fallait « oh grand jamais montrer aux collègues sa disponibilité car c’était mauvais pour l’image » ! On devait se faire désirer et ainsi, lorsque l’on répondait, enfin, l’interlocuteur était tellement content de nous avoir au bout du fil qu’il était prêt à vous donner la lune pour une intervention en urgence dans son service… OK, c’était un point de vu, ou plutôt un système pervers leur permettant d’être considéré comme des messies alors que ce n’était qu’une équipe de branleurs.

Un matin, un responsable du service après-vente demanda une intervention en urgence car chaque minute perdue coûtait des millions à la société.
3 personnes assises à attendre que le temps passe, 2 rdvs quotidiens au tableau et là j’entendis la réponse du chef de mon service :
« Ah non, ça ne va pas être possible aujourd’hui, on est blindé de travail ».
Puis, constatant ma tête face à cette réponse déconcertante, il rajouta :
« mais comme c’est toi, je peux te rendre un service, je peux t’envoyer ma stagiaire, mais tu me seras redevable, hein, ne l’oublie pas, on prend sur nous pour t’aider ».
Voilà comment commença ma vie de stagiaire, lâchée dans la jungle industrielle (classée Secret Défense) avec pour seule consigne « démerde-toi », pendant que les responsables étaient attablés à jouer aux cartes devant un apéro gargantuesque. Bon, c’est vrai, au final, c’est formateur. .. Lorsque je revins 3 bonnes heures plus tard de mon intervention, le staff était en train de faire la sieste, oui, la sieste, alors que moi je n’avais pas eu le temps d’aller manger pour réaliser leur job !

Le peu de temps de travail effectif était utilisé à mauvais escient. Je m’explique. Cette grosse société était pleine de véhicules de service utilisés pour parcourir le site s’étendant sur  plusieurs kilomètres. Un service de police interne à l’entreprise verbalisait tous véhicules jugés gênant pour la circulation. Les PV étaient alors adressés au service dont dépendaient leurs propriétaires. Chaque service tenant une comptabilité interne, c‘était donc la course chaque trimestre pour ne pas figurer au palmarès des plus mauvais élèves. Ainsi, tous les employés se mobilisaient  de nombreuses heures au téléphone pour trouver un moyen de faire sauter leurs PV.  C’était plutôt rassurant de constater qu’il y avait au moins un moment où ils faisaient preuve d’efficacité !

Je me souviens encore avec effroi de ma pire expérience professionnelle vécue à cette période.
Chaque WE, le personnel de mon service se servait allégrement dans les placards de l’entreprise en empruntant du matériel afin de travailler au black et d’arrondir leur super salaire (parce que c’était hyper bien rémunéré par rapport au rendement fourni). Enfin bref, un lundi matin, je me retrouvais toute seule au bureau. Personne, désert, nada. La sonnerie du téléphone retentit dans le silence. Ce jour-là, j’aurais dû obéir à la règle ultime régissant le service mais le minimum de conscience professionnelle encore présent en moi m’en empêchait. C’était l’assistante du PDG en personne qui réclamait une intervention l’heure suivante. Je pris note des directives à suivre et commença à préparer mon sac pour l’intervention, sauf qu’en ouvrant le placard à matériel, je me retrouvais devant un espace totalement vide !!! Comment expliquer au PDG, moi, la stagiaire, que mes chefs étaient absents sans motif valables et qu’ils avaient pris avec eux tout le matériel de la société et que par conséquent il m’était impossible de répondre favorablement à leur requête. J’avoue m’être sentie très seule ce jour là, surtout qu’aucun de mes supérieurs ne répondaient sur leurs portables respectifs que je pris soin de faire sonner non-stop dans l’illusion de les voir arriver…

Heureusement, la période des stages prit fin avec l’achèvement de mes études, laissant place alors aux jobs d’été, une toute autre forme d’esclavage moderne.

Job estival (2003) : filmeuse en station balnéaire

Fière de mon nouveau diplôme en poche, je trouvais une place de photographe dans une station balnéaire où résidait ma grand-mère. Par besoin d’argent (et oui, les études, ce n’est pas vraiment rémunérateur), j’acceptais un CDD pas très légal : « je te prends à temps complet, mais je te déclare à temps partiel, tu bosses 7j/7, de 10h jusqu’à 1h du mat, t’as pas de fixe mais un pourcentage sur les ventes »…  Et oui, la jeunesse tout fraîchement diplômée est un vivier intarissable pour les employeurs peu scrupuleux, corvéable à merci pour un salaire minimaliste.

Et puis voilà, c’était l‘année de la canicule et arriva ce qui devait arriver… à se jeter à corps perdu dans une aventure pareille en sortant de 5 années d’études acharnées et éprouvantes tout en étant épuisée, sous un cagnard étouffant… Je tombais malade… Dr =>arrêt maladie, et un retour rapide de la Sécurité Sociale me demandant qui j’étais ? Ben oui, c’est comme ça que je me suis rendue compte que mon employeur avait omis de me déclarer. Une fois remise (bien 3 semaines plus tard tout de même), je retournais régler mes comptes avec lui. Il me tendit alors une enveloppe avec de l’argent en espèce et une partie de chèques douteux reçus de clients en guise de salaire en me signifiant que oui, il n’avait pas eu le temps de me déclarer, mais qu’il compensait ça avec une méga prime de 20€ !!! Voyant mon mécontentement sur mon visage, il prit un ton accusateur en tentant de me culpabiliser en me faisant remarquer qu’à cause de ma maladie, il avait perdu du chiffre d’affaire, et bla et bla et bla…

Verdict, j’étais virée mais priée, tout de même, pour la forme, de rédiger une lettre de démission (ben voyons…).

 

A SUIVRE…

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

0