Les tribulations d’une employée corvéable – Part V – Burnt out

Notre vie professionnelle peut basculer en l’espace de quelques jours, l’équilibre ne tient finalement pas à grand chose … La mienne a été fragilisée après l’annonce surprise de mon boss nous stipulant avoir embauché un nouvel associé qui allait me superviser et qui s’avérait être un escroc! Ce dernier savait que je savais et j’étais passée en l’espace d’une semaine de la « super responsable multi tâches qui assure « à la « bonne à rien » à abattre.

Face à l’urgence de la situation, ça m’a motivé à me bouger le popotin et dans les jours qui ont suivi, j’ai trouvé une annonce sur Facebook pour un concept store concurrent que j’aimais beaucoup. J’ai postulé dans l’heure, eu un entretien dans la foulée (encore un truc de fou où toute ma vie a été décortiquée au millimètre). Mais le poste était mal défini car je devais remplacer celui d’un employé (que je connaissais) alors en congé maladie. Je ne le sentais pas du tout car il pouvait légalement revenir et réclamer son emploi à n’importe quel moment. Visiblement, il s’était mis en maladie n’étant pas parvenu à résoudre ses conflits avec mon pseudo futur l’employeur et mon instinct me disait de fuir (croyez-en ma longue expérience). Ne voulant pas quitter un job avec une ambiance oppressante pour un autre, j’ai donc refusé l’opportunité et le boss m’a harcelé pour que je travaille pour lui en me promettant monts et merveilles. J’ai fini par accepter après que toutes mes requêtes aient été oralement validées.

 

 

2013 – Responsable Concept store déco/ Eshop/ Formatrice

Je suis arrivée en même temps qu’une nouvelle équipe que je devais former & manager. Il ne restait qu’une salariée en BTS Pro en alternance mais qui était affectée à une autre boutique pour faire de l’administratif. Le travail était physique, il y avait tellement de choses à mettre en place, je devais m’occuper du magasin, de l’Eshop, des commandes, du blog, des réseaux sociaux et former les deux alternantes au métier.

Un matin, en rangeant, je suis tombée par hasard sur le bulletin de salaire du type que je remplaçais et quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’il touchait mensuellement 600€ de plus que moi pour le même travail et une expérience similaire !!! J’étais folle de rage, surtout qu’en recevant mon premier bulletin de salaire je ne pus que constater que la somme promise n’était pas à la hauteur de mes espérances!

 

 

5 mois plus tard, big boss organisa une réunion pour nous annoncer que toute l’équipe était licenciée (sauf moi). Voilà comment je me suis retrouvée à devoir remplacer 4 personnes qui étaient réparties sur 2 magasins + Eshop! Mon boss avait promis/juré de m’aider mais il était toujours à l’étranger (soit disant pour trouver de la marchandise mais je voyais défiler sur FB des photos de beach party, de soirées alcoolisées, de fêtes gargantuesques, à Bali, en Thaïlande)… Et puis de toute manière, quand il était là, il ne servait à rien car il végétait sur son iMac toute la journée. Je devais tout faire, régler tous les problèmes, réparer l’informatique constamment en panne, j’étais aussi en première ligne pour les fournisseurs qu’il avait cessé de payer. Il n’attendait pas de moi que je résolve uniquement SES problèmes, mais aussi que j’accomplisse des miracles au quotidien!
Faute de personnel, je devais parfois être sur deux boutiques à la fois, sauf que je n’ai pas le don d’ubiquité ! Je n’avais presque plus de pauses déjeuner car je les passais à la Poste pour les clients. Comme si ça ne suffisait pas, il me larguait sa fille de 8 ans en fin de journée (donc à l’heure où les clients arrivent), et comme toute gamine de son âge, il fallait la faire goûter, lui faire faire ses devoirs, elle voulait jouer, enfin la pauvre, elle voulait de l’attention…

En fait, je bossais pour un ado capricieux ayant l’habitude de vivre dans le luxe (il n’avait que 3 ans de plus que moi) qui avait besoin d’une assistante de vie. En plus de mon taff en magasin, il me demandait d’aller aux impôts pour payer ses amendes de stationnement durant ma pause déj parce qu’il avait zappé et allait avoir une majoration (ben voyons, je m’en fous), de rédiger son courrier de résiliation pour la box de son domicile (je suis tellement plus douée que lui pour ça), d’organiser son déménagement (certes, oui c’est chiant), et le top du top, je devais gérer les furies de son ex-femme…

Bref, j’étais devenue son esclave, je n’étais plus vendeuse au Smic, mais son assistante personnelle H24 … Mon corps me lâchait petit à petit, j’ai fait un BURNT OUT !

 

 

J’ai été contrainte de ralentir, je ne parvenais plus à sortir la tête de l’eau. J’arrivais le matin en pleurs ne sachant par quelles taches commencer tellement c’était devenu ingérable. Je me tapais des crises d’angoisse, et lui, il demeurait zen, il se foutait de tout!
Je passais ma journée à ranger pour que ce soit nickel, lui restait 2h, il y en avait jusqu’au plafond et je devais sans cesse tout recommencer…
Moi j’essayais de tout anticiper les problèmes, les factures, les arrivages; lui faisait les choses au jour le jour…

 

 

Sauf que les fêtes de fin d’années arrivant, les choses ont empiré, j’étais dépassée, je recevais entre 2 à 4 palettes de marchandise par jour, en étant seule, avec les 3 téléphones sonnant non stop, les voleurs qui venaient nous piller à surveiller, les clients mécontents et relevant gracieusement ma pseudo « incompétence » à les servir rapidement… Le magasin était jonché de marchandises au sol, ça en était même dangereux, on ne pouvait plus circuler. Ma hantise : qu’un client ou un enfant se blesse. D’ailleurs, un matin, en ouvrant, je suis tombée et je me suis assommée contre un meuble!!!

Bref, voyant qu’on avait atteint le point de non retour, il a donc jugé que je n’étais plus assez productive et le gentil patron (en apparence) est devenu subitement un bourreau (un vrai pervers narcissique). Il s’est mis à me harceler, à me rabaisser, à me parler comme une merde devant les clients. Il m’a évalué pour mon entretien annuel avec un questionnaire dédié aux employés en Bac pro alors que j’ai plus de 15 ans d’expérience. Et pour couronner le tout, il m’a traité de voleuse car il ne trouvait plus des trucs et que les stocks étaient erronés (ce fut la goutte d’eau qui a fait exploser le vase)! Sauf que c’est le seul commerçant au monde à démarrer son inventaire annuel comptable mi-janvier et à le valider fin mars! Non, mais Allo la Terre, c’est un truc à effectuer en 24/48h, sinon, bien entendu que les stocks sont faux!!!

Bilan, j’ai craqué, j’ai demandé une rupture conventionnelle. Il a accepté à condition que ça ne lui coute rien (je précise que c’est un fils à maman millionnaire, il travaille juste pour se donner une consistance dans la vie, il m’en a pas besoin pour vivre).

 

 

 

J’ai donc dû me rabaisser à lui restituer ma prime obligatoire de départ en espèce pour obtenir les papiers nécessaires à ma réinscription au chômage (bonjour chantage, adieu 575€). Mais comme si cela ne suffisait pas, il m’a aussi prévenu en partant qu’il ferait en sorte que je ne puisse plus retravailler dans le métier, car « il connaissait tout le monde« , mon humiliation suprême pour avoir osé défaillir et quitter son entreprise !!! Le pire dans tout ça, c’est que je suis une personne ayant une éthique, je ne l’ai pas planté du jour au lendemain, je ne me suis pas mise en maladie en pleine période de fêtes, non! J’ai respecté les règles, effectué mon préavis, je me suis même investie jusqu’au bout pour finaliser tous les projets en cours et que les commandes clients soient honorées! Je me suis même déplacée chez des fournisseurs pour récupérer des articles durant mes jours de repos.
Au final, c’est hyper frustrant de se dire que si j’avais fait un banal abandon de poste, j’aurais été vachement moins pénalisée!

C’était en 2015, depuis, je ne suis effectivement jamais parvenue à réobtenir un CDI sachant qu’il continue depuis plus de 2 ans son travail de sape à mon égard… J’effectue donc des remplacements en CDD.

 

2016 – Vendeuse en mobilier de luxe

Après plusieurs mois de chômage nécessaires pour me refaire une santé après mon burnt out, j’ai donc atterri dans une grande enseigne de mobilier chic pour un remplacement de 5 mois. L’équipe était sympa mais le travail inintéressant, régi par des règles stupides à appliquer scrupuleusement. Le lundi, tu imprimes les prix en bleu, le mardi tu les refais en jaune et le jeudi il faut changer la taille des étiquettes…

 

 

Tu rajoutes à cela le fait d’être obligé de s’habiller en noir (quelle horreur) et une manager qui te dit ouvertement qu’elle ne t’a pas choisi et qui prend plaisir à te faire devenir chèvre. Alors lorsqu’un CDI m’a été proposé, je l’avoue, j’ai fui. Impossible pour moi de travailler dans ces conditions sans retomber en dépression.

 

2016/2017 – Vendeuse déco cadeaux ludiques

Par chance, j’ai enchainé de suite sur un renfort d’un mois durant l’été pour une marque que j’adorais depuis toujours et que je connaissais bien l’ayant distribuée auparavant. J’avais formé précédemment la responsable, nous avions bossé ensembles chez le pervers narcissique, ça rapproche !
J’avais espoir d’obtenir un poste par la suite. Ce fut un pari osé que de refuser un CDI au profit d’un court CDD, mais il fut payant car la direction parisienne m’a rappelé 1 mois plus tard pour effectuer un autre remplacement. On m’a même promis un CDI, voir un poste d’adjointe. J’ai donc mis beaucoup d’énergie pour obtenir ce graal. J’ai remplacé au pied levé tous les absents, gérés l’administratif, fait pleins d’heures supp.

Or 7 jours avant la fin de mon contrat, j’étais surprise de me voir au planning jusqu’à la fin du mois alors que je devais prendre des congés. J’ai été voir la responsable pour lui en parler et là elle m’a sorti « non mais c’est pas parce que tu es inscrite au planning que tu restes !!! Le siège veut embaucher un homme donc si t’as d’autres plans, rabats-toi dessus car ils ne t’embaucheront pas » ! J’étais furieuse d’avoir encore été prise pour une conne…

 

 

Dans mon malheur, il se trouve que durant mon CDD, la directrice de l’enseigne d’ameublement où j’étais précédemment me harcelait pour que j’accepte de revenir faire un remplacement dans son enseigne. N’ayant pas d’autres alternatives, j’ai accepté sa proposition (tout pour éviter le chômage) ! La connaissant bien, on a tout géré oralement. J’ai pris mes congés comme prévu. Sauf qu’une semaine avant de démarrer, un employé m’a appelé pour m’avertir que la directrice avait été mutée (assez violemment) et que mon contrat tombait donc à l’eau, nouveau directeur = nouvelle équipe…

Voilà pourquoi je me retrouve encore au chômage, en étant plutôt désespérée car Marseille est une « petite » ville et qu’en l’espace de 15 ans, j’ai fait le tour de la quasi-totalité des enseignes qui recrutent… Il ne me reste que 220 jours de chômage… Tic Tac Tic Tac…

 

Conclusion :

La question que je me pose à ce jour est : Comment faire abstraction d’autant de mauvaises expériences afin de parvenir à trouver ma place sur le marché du travail dans le contexte actuel ? Je ne rentrerai jamais dans les cases, je m’y refuse, cela va à l’encontre de ma déontologie. Je n’accepterai jamais de jouer un jeu pervers dans le simple but de garder ma place même si je suis consciente du fait que dans la jungle, la loi du plus fort demeurera inaliénable.  Une chose est sûre,  je n’ai jamais perdu espoir de tomber un jour sur une hiérarchie honnête et respectable, mais elle se fait vraiment attendre. Par contre, je ne fermerai jamais les yeux sur des conditions de travail intolérables encore aujourd’hui, une habitude qui tend malheureusement à se normaliser avec la persistance de la crise, et je continuerai à les dénoncer avec virulence, quoi que cela m’en coûte pour mon avenir…

 

Si vous les avez ratées :
Partie I
Partie II
Partie III
Partie IV

 

RETROUVEZ-MOI SURFB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

0

Les tribulations d’une employée corvéable – Part III – jonglage entre chômage et responsabilités

Après l’esclavage des stages et mon licenciement plus que musclé en 48h avec le harcèlement moral qui s’en est suivi parce que j’avais eu l’audace de le contester et de me défendre, il manquait à mon CV la quintessence de la précarité : le chômage (en pleine période critique de fusion de l’ANPE avec l’ASSEDIC, sinon, ce n’est pas drôle). Quitte à être confrontée aux méandres du système, autant ne pas le faire qu’à moitié.

Premier entretien chez popole face à une conseillère qui n’avait de cela que le nom.
« Alors, vous désirez faire quoi ? »
Bien ma cocotte, je crois que la question n’est plus d’actualité depuis fort longtemps. Ce que je voudrais faire (on est dans le monde des Bisounours là) :
– «avoir l’extrême chance de me réaliser dans le métier pour lequel j’ai été formée, avoir un poste stable et percevoir un salaire honorable pour le faire ».
Retour sur la planète Terre dans la réalité concrète.
– «trouver un emploi en fonction de mes compétences dernièrement acquises ».
Elle nota, en tapant d’un doigt avec pleins de fautes d’orthographe, me tendit le rapport à signer et c’était fini, je serai bientôt prise en compte dans le nouveau dispositif ARE (super, chanceuse que je suis).

2009 – Création d’un Collectif de photographes

N’étant pas capable de rester plus de trois jours à ne rien faire (ben oui, à force d’être formatée à ne jamais prendre de congés, on finit par paniquer devant trop de temps libre), j’entrepris de me lancer dans une folle aventure me rapprochant de mes compétences de base. Je montai un collectif de photographes travaillant sur un créneau porteur dans notre ville. Le succès fut rapide, l’expérience humaine magnifique mais je compris très rapidement que travailler 60 heures par semaine bénévolement ne remplirait jamais ni mon compte en banque ni mon frigo. Je continuais donc simultanément à chercher un job alimentaire.

2009 – Responsable Showroom design

Puis, enfin, par un beau matin, j’ouvris ma boîte mail et pour une fois, il n’y avait pas que des spams, non, il y avait une demande pour un entretien d’embauche pour un poste de responsable de showroom. Je pense pouvoir dire avec le recul que je me suis rendue au rendez-vous en touriste, étant persuadée que ce poste ne serait pas fait pour moi. Et puis la directrice m’a bien vendu son « bébé » et j’ai accepté, malgré les 4 heures de transport quotidien et le SMIC qui en résultait car on m’avait assuré, chiffres à l’appui, des primes mirobolantes qui le feraient vite oublier.

Une formation aux produits dans le plus prestigieux des magasins de la chaîne, un petit voyage en Italie plus tard invitée par nos principaux fournisseurs, me voilà parachutée dans ma boutique de mobilier design avec une clientèle bien prout-prout. Et là, je compris, je compris de suite que c’était un piège. Passées les premières semaines où je devais continuer à apprendre des centaines de docs techniques sur les produits, à aménager le magasin, à ranger, trier, voilà que la pire des situations se présenta à moi : l’ennui. La fréquentation ne dépassait guère 5 personnes par semaine, et j’étais seule dans un silence assourdissant. Lorsque je fis part de mes remarques pour essayer de relancer l’activité du magasin, je me trouvais face à un mur. Toutes mes propositions étaient traitées par la négative.
Constatant que ma motivation s’envolait, ma directrice me trouva une occupation phénoménale : recopier les pages jaunes dans un fichier Excel, avec pour but ultime de recenser toutes les entreprises du département. Pourquoi faire ? Et bien pour toutes, oui, toutes les appeler pour leur proposer nos services ! Transcendant, mais non seulement nous n’étions pas en mesure d’envoyer par mail au client potentiel démarché un catalogue web référençant nos produits (celui-ci n’existant pas), mais si nous décrochions par miracle un achat et bien la prime revenait de droit au commercial s’occupant du secteur d’activité !!! Alors autant vous dire que le téléphone n’a pas beaucoup servi tant la mission me paraissait inutile…

Je dois reconnaître que ma seule responsabilité était finalement ma propre personne, il fallait téléphoner à la future femme du fils du patron (5 ans de moins que moi) pour tout faire valider, du style « Allo, Bidule, puis-je bouger le canapé orange de 10 cm sur la droite pour mettre un tabouret dans l’angle ? Non, ah tu souhaiterais que je te fasse une photo pour te rendre compte, ok, j’abandonne, bon et bien bonne journée ». Un job passionnant. Pour braver l’ennui avec ma collègue bloquée dans un autre magasin de la chaîne régionale tout aussi fréquenté, nous avions fait un jeu, celle qui arrive à se débarrasser du plus de merde dans le mois offre le café à l’autre. Autant dire que si cela ne nous rapportait rien, au moins, ça faisait du vide et un objet de moins à nettoyer. Je dois avouer que j’étais une vendeuse très convaincante, ainsi j’ai réussi à me débarrasser d’un siège vert kaki horrible, tâché, invendable à seulement 700€, d’un bureau au coloris improbable tombant en miette. Vous pourriez croire que nos patrons étaient contents, et bien non, en plus on se faisait engueuler de vendre car il fallait repasser une commande pour le réassort du showroom…
Quant au salaire mirobolant, la bonne blague, j’aurais pu l’attendre longtemps! Par un beau mois de janvier où les affaires pleuvaient comme par magie et où tous mes gros devis en attente rentraient en commande, j’ai fait un CA miraculeux pour n’obtenir que 13,60€ brut de primes!!! Mon patron a tout de même eu l’audace de m’appeler pour me féliciter. Il m’a demandé si j’étais heureuse et je n’ai pu m’empêcher de répondre : « Youpi, je pourrais me payer au moins 2 bières en Happy Hours« … Il n’avait pas d’humour, il l’a mal pris…

Bref, découragée, j’ai fini par regarder la TV toute la journée et c’est fou de constater qu’ils n’ont jamais été aussi satisfaits de moi qu’à cette période… Au bout de 7 mois d’épuisement mental dit BORE OUT, j’ai négocié mon départ, ne voyant pas d’évolution possible dans mon poste et la perspective de m’assommer devant un écran 7 heures par jours avec 4 heures de transport en commun et 2 heures de pause déjeuner inutiles m’était devenue insupportable.

2010 – Pole emploi

Revisite chez popôle emploi, juste le temps de constater que le système ne s’était guère amélioré. Enfin, cette fois-ci ils avaient tellement la tête sous l’eau que je n’ai eu qu’un seul rendez-vous en 8 mois, à croire que ma conseillère était passée sous un train ou avait avalé la boîte de Lexomil et qu’ils n’avaient pu la remplacer faute d’effectifs… On se sent vite abandonnée et lâchée dans la nature…

Heureusement que mon tempérament de fonceuse a repris le dessus. Je me suis réinvestie à fond dans mon collectif (malgré le fait que je n’ai jamais cessé de le gérer) et nous avons pu répondre à une belle commande pour une entreprise d’État. Celle-ci a duré plus de 4 ans. Je gérais plus de 10 personnes bénévoles sur le terrain répartis sur 25 chantiers, je m’occupais de l’administratif, du community management, des projets d’expos. Bref, passionnant mais toujours pas rémunérateur.

2011 – Store Manager (matériel photographique de luxe)

Au bout de 11 mois de repos forcé, une offre d’emploi tomba du ciel : responsable d’un concept store d’une marque prestigieuse, que rêver de mieux pour mes 31 ans !!! Mais, je ne sais pas pourquoi, sans doute l’instinct, je ne suis jamais parvenue à m’en réjouir, comme si c’était trop beau pour être vrai. Avant de démarrer, je pris le soin de rencontrer mon futur employé autour d’un café. Un mec bien, ça m’a un peu rassuré, surtout face à son enthousiasme…

Premier jour de travail : j’ai vite déchanté. J’appris qu’il n’y avait eu aucune étude de marché (ah si pardon, notre DAF, une flèche je ne sais pas si c’est la peine de le préciser, a tapé « Marseille » dans Google et a vu qu’il y avait presque 1 million d’habitants, il a dit « Bingo », c’est là qu’il faudra s’installer) et hop, un petit loto plus tard, enfin disons plutôt un investissement de 250 K€, nous voilà embauchés ! On nous informât aussi du fait que les salaires annoncés lors de notre embauche ne seraient pas vraiment ceux perçus sur notre fiche de paie, les primes éventuelles étant incluses dans le taux minimum légal, avancées chaque début de mois et déduites du salaire suivant si nous ne parvenions pas à réaliser le CA défini par notre direction. Nous apprîmes aussi par la même occasion que nous allions devoir compter notre stock chaque mois et qu’en cas d’écart (souvent imputable à une mauvaise gestion informatique qu’à un manque physique réel), le prix d’achat du matériel disparu serait automatiquement déduit de nos salaires. Pensez qu’à Paris, il y avait un écart de 22 000 € sur la première année d’exercice, heureusement qu’ils sont trois à éponger la dette !!! Venir travailler pour rembourser son patron, un nouveau concept qui, je suis sûre, pourrait en séduire plus d’un ! « Vous en rêviez, BIP l’a fait », pourrait-on dire…

De plus, la petite équipe paraissait bien trop sympa (= faux-cul) pour qu’il n’y ait pas anguilles sous roche… Tout était réuni pour me faire fuir. Je ne sais pas pourquoi, la curiosité m’a poussé à rester en phase d’observation… Je me disais : « ce n’est pas possible, ce n’est qu’une mauvaise blague, tu vas te réveiller » et chaque semaine de formation passée se révélait pire que la précédente. Tout l’enthousiasme de mon collègue s’était envolé avec nos espoirs respectifs d’être enfin sortis de la merde. Non, en fait nous étions embourbés jusqu’au cou et sans échappatoire possible autre que le licenciement pour revenir en fin de droit chez Pôle Emploi… On s’est dit que lorsque le magasin aurait ouvert, ce serait plus tranquille et que nous devions tenter de survivre en attendant de reconstituer nos droits au chômage…

Nous voilà donc débarqués après un mois de formation dans les pattes, près de 10 000km de déplacement pro, dans une boutique en chantier avec pas moins de quinze ouvriers dans 30m², contraints d’ouvrir aux clients au milieu de la poussière et d’un système informatique constamment en panne, nous empêchant tout bonnement de vendre quoi que ce soit. J’ai été parachutée comme maîtrise d’ouvrage de chantier plus que comme store manager. J’ai dû passer mes journées à résoudre des problèmes insolubles entre l’architecte en colère, les prestataires qui n’avaient pas été payés, l’électricien fantôme, les peintres bâclant leur travail, me retrouvant mise en première ligne par ma hiérarchie et abandonnée de tous à mon triste sort et ce jusqu’à 68 heures par semaine ! Avant cela, je ne me doutais pas que signer un contrat cadre en forfait jour équivalait à signer un pacte avec le Diable. J’avoue avoir frôlée la dépression face à l’ampleur de la tâche qui m’était imputée tant celle-ci semblait irréalisable!
Mon seul réconfort hebdomadaire était la visite de la femme de ménage, jusqu’au jour où, en discutant autour d’un café, je compris qu’elle touchait le même salaire que moi pour 30h/semaine = dépression.

Si ce n’était que ça, mais en plus, mon PDG, ayant visiblement appris les règles de politesse élémentaires dans une pochette surprise, m’envoyait constamment des mails incendiaires concernant notre CA, pas à la hauteur de ses espérances! Hallucinant, après seulement 15 jours d’ouverture, sans aucune communication autre que sur les réseaux sociaux, on s’attendait à ce que nos performances soient mirobolantes ! Le plus comique dans l’histoire c’est que nous devions être très convaincants car il fallait être capable de vendre du matériel sans ne pouvoir donner aucune visibilité aux clients quant au délai de livraison de ce dernier! Du style : « oui, nous pouvons vous commander l’article que nous n’avons pas en stock, ça fera 8500€ à verser de suite pour avoir l’honneur d’être sur une liste d’attente d’un an »… «Et puis, pardonnez-nous mais pour le règlement nous ne prenons pas les chèques, l’espèce est interdit et la CB est en panne. Nous pouvons donc vous proposer de souscrire à un crédit Sofinco». Du jamais vu !

Un samedi, mon responsable régional vint me voir pour m’annoncer que mon collègue était licencié faute de résultat (soit 3 semaines après l’ouverture du magasin encore en travaux). J’ai dû faire le travail de deux personnes, seule, en journée continue sans pause pour déjeuner, comme une vague impression de m’enfoncer dans un labyrinthe sans issue… N’ayant pas pour habitude de me laisser faire (enfin plus après 12 ans d’ancienneté), des échanges de mails virulents commencèrent avec ma direction qui m’envoya, pour m’aider, le meilleur vendeur de France. Après une semaine de travail aux forceps, celui-ci n’était parvenu à vendre qu’un accessoire à 100€ et encore après une heure de négociation ! Cela m’a au moins bien fait rire de constater qu’il ne s’agissait nullement d’un problème de compétence de ma part, mais que le malaise était bien plus profond que cela, l’amour pour une marque ne suffit pas à la faire survivre… Comme par hasard, je n’ai eu aucune remarque de ma hiérarchie concernant le CA de cette semaine là étant donné que j’avais réalisé la seule et unique belle vente de la semaine.

Après quelques semaines d’observation, je pus constater que le PDG avait installé un système de pression archaïque sur les employés « diviser pour mieux régner » qui prônait la délation et le cirage de pompes pour garder sa place. Un peu comme le jeu de la chaise musicale, le dernier à ne pas être assis dans les temps impartis prend la porte. Ce jeu n’était pas fait pour moi. Ma chaise s’est envolée un samedi soir par la remise en main propre d’une lettre stipulant la fin de ma période d’essai qui fut vécue comme une libération, ce qui a stupéfait tous les moutons bien dociles qui constituaient mon équipe.

Je n’ai eu que 15 minutes pour prendre mes affaires et rendre les clés du concept store avec un grand sourire, tout en souhaitant bonne chance à mon responsable régional, quant à lui aux bords des larmes rien qu’à l’idée de devoir prendre ma suite le temps de me trouver un remplaçant. Je lui avais toujours dit que je le trouvais particulièrement zen face à cette organisation merdique et il m’avait avoué qu’il avait cessé de s’alimenter et de dormir en comptant le nombre de jours le séparant de sa retraite… Drôle d’ambition qui ne sera jamais la mienne.

 

A SUIVRE…

 

RETROUVEZ-MOI SURFB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

0

Les tribulations d’une employée corvéable – Part I les stages

Sortie de l’école en 2003 parmi les bonnes élèves, je n’aurai jamais pensé que ma vie professionnelle puisse être aussi chaotique. D’accord, je fais partie de la génération X de jeunes qui sont arrivés sur le marché du travail avec la CRISE. Cependant, ce mot m’énerve car il permet de formaliser  une situation qui pour moi reste inexplicable. La crise a bon dos pour justifier l’injustifiable. Déjà, durant mes stages en entreprises obligatoires pour obtenir mes diplômes (donnant droit à un statut cadre, ah bon, j’attends toujours), j’avais relevé pas mal de dysfonctionnements dérangeant pour une élève formatée par le système scolaire et idéalisant un peu le monde de l’entreprise.

Premier stage (1997) : archiviste dans l’antre des fonctionnaires (les pures, les vrais)

OK, j’étais encore très jeune (17 ans), mais je pense pouvoir aisément dire que ce stage ne m’a rien apporté sur le plan professionnel, mais en sortant de là, j’étais au moins sûre d’une chose : je serai incapable de travailler toute ma vie dans cet univers fantasmagorique. J’ai passé mes journées à faire des photocopies pour différents services pendant que mes responsables se vernissaient leurs ongles, tout en buvant du thé, tout en se racontant les derniers potins, tout en jetant un œil sur leur magazine préféré (comme quoi, quand on veut, on peut parvenir à faire plusieurs tâches simultanément, dommage que dans le boulot ils ne soient pas aussi efficaces).

♦ Temps de travail quotidien effectif : 20mn
♦ Temps de présence réelle au sein de leur poste : 2h30 maxi
♦ Horaires théoriques : 9h-11h54 (il faut bien 6mn pour arriver à la cantine)/14h06 (il en faut aussi 6 autres pour en revenir)-17h…

Ce qui me faisait encore rigoler, c’est que ces employés étaient sensés pointer avant de se rendre aux toilettes (interdiction de dépasser X minutes quotidienne, donc ils n’étaient stressés que par le temps passé à la pause pipi). Mais une fois au sein de leur bureau, rien n’avançait. Un soir, à 17h05, une pauvre nana encore sur place à une heure aussi déraisonnable m’a fait remarquer que j’aurai DÉJÀ dû m’en aller ! Elle avait l’air paniqué à l’idée que je puisse faire 5 minutes supplémentaires pour finaliser une recherche entreprise sur le web !!!

Premier constat : on peut effectivement être payé à ne rien faire, il suffit de connaitre les bonnes personnes (attention, je ne généralise par pour tous les fonctionnaires, mais ceux-là étaient bien bien bien gratinés). Ces gens ont de la chance d’avoir un poste permanent car sur le marché du travail, ils ne seraient plus exploitables dans une entreprise lambda du secteur privé.

Deuxième stage (2002) : photographe pour une gigantesque société d’aéronautique

Premier jour, méga stress, on était accueilli manu militari, on nous collait tous dans une salle où on nous faisait un speech du style «la 3ème guerre mondiale est à notre porte », « l’espionnage américain qui nous guette », plus bourrage de crâne de consignes de sécurité.
Bon bref, une bonne petite sieste devant un film moralisateur plus tard, on était « livré » à nos services respectifs, et là, force était de constater qu’une tout autre ambiance y régnait : cool, cool, il était 11H34, l’heure sacrée de l’apéro géant très alcoolisé, et au vue du stock c’était parti pour durer quelques heures…
Le téléphone sonnait dans le vide mais lorsque j’en faisais la remarque on me spécifiait bien qu’il ne fallait « oh grand jamais montrer aux collègues sa disponibilité car c’était mauvais pour l’image » ! On devait se faire désirer et ainsi, lorsque l’on répondait, enfin, l’interlocuteur était tellement content de nous avoir au bout du fil qu’il était prêt à vous donner la lune pour une intervention en urgence dans son service… OK, c’était un point de vu, ou plutôt un système pervers leur permettant d’être considéré comme des messies alors que ce n’était qu’une équipe de branleurs.

Un matin, un responsable du service après-vente demanda une intervention en urgence car chaque minute perdue coûtait des millions à la société.
3 personnes assises à attendre que le temps passe, 2 rdvs quotidiens au tableau et là j’entendis la réponse du chef de mon service :
« Ah non, ça ne va pas être possible aujourd’hui, on est blindé de travail ».
Puis, constatant ma tête face à cette réponse déconcertante, il rajouta :
« mais comme c’est toi, je peux te rendre un service, je peux t’envoyer ma stagiaire, mais tu me seras redevable, hein, ne l’oublie pas, on prend sur nous pour t’aider ».
Voilà comment commença ma vie de stagiaire, lâchée dans la jungle industrielle (classée Secret Défense) avec pour seule consigne « démerde-toi », pendant que les responsables étaient attablés à jouer aux cartes devant un apéro gargantuesque. Bon, c’est vrai, au final, c’est formateur. .. Lorsque je revins 3 bonnes heures plus tard de mon intervention, le staff était en train de faire la sieste, oui, la sieste, alors que moi je n’avais pas eu le temps d’aller manger pour réaliser leur job !

Le peu de temps de travail effectif était utilisé à mauvais escient. Je m’explique. Cette grosse société était pleine de véhicules de service utilisés pour parcourir le site s’étendant sur  plusieurs kilomètres. Un service de police interne à l’entreprise verbalisait tous véhicules jugés gênant pour la circulation. Les PV étaient alors adressés au service dont dépendaient leurs propriétaires. Chaque service tenant une comptabilité interne, c‘était donc la course chaque trimestre pour ne pas figurer au palmarès des plus mauvais élèves. Ainsi, tous les employés se mobilisaient  de nombreuses heures au téléphone pour trouver un moyen de faire sauter leurs PV.  C’était plutôt rassurant de constater qu’il y avait au moins un moment où ils faisaient preuve d’efficacité !

Je me souviens encore avec effroi de ma pire expérience professionnelle vécue à cette période.
Chaque WE, le personnel de mon service se servait allégrement dans les placards de l’entreprise en empruntant du matériel afin de travailler au black et d’arrondir leur super salaire (parce que c’était hyper bien rémunéré par rapport au rendement fourni). Enfin bref, un lundi matin, je me retrouvais toute seule au bureau. Personne, désert, nada. La sonnerie du téléphone retentit dans le silence. Ce jour-là, j’aurais dû obéir à la règle ultime régissant le service mais le minimum de conscience professionnelle encore présent en moi m’en empêchait. C’était l’assistante du PDG en personne qui réclamait une intervention l’heure suivante. Je pris note des directives à suivre et commença à préparer mon sac pour l’intervention, sauf qu’en ouvrant le placard à matériel, je me retrouvais devant un espace totalement vide !!! Comment expliquer au PDG, moi, la stagiaire, que mes chefs étaient absents sans motif valables et qu’ils avaient pris avec eux tout le matériel de la société et que par conséquent il m’était impossible de répondre favorablement à leur requête. J’avoue m’être sentie très seule ce jour là, surtout qu’aucun de mes supérieurs ne répondaient sur leurs portables respectifs que je pris soin de faire sonner non-stop dans l’illusion de les voir arriver…

Heureusement, la période des stages prit fin avec l’achèvement de mes études, laissant place alors aux jobs d’été, une toute autre forme d’esclavage moderne.

Job estival (2003) : filmeuse en station balnéaire

Fière de mon nouveau diplôme en poche, je trouvais une place de photographe dans une station balnéaire où résidait ma grand-mère. Par besoin d’argent (et oui, les études, ce n’est pas vraiment rémunérateur), j’acceptais un CDD pas très légal : « je te prends à temps complet, mais je te déclare à temps partiel, tu bosses 7j/7, de 10h jusqu’à 1h du mat, t’as pas de fixe mais un pourcentage sur les ventes »…  Et oui, la jeunesse tout fraîchement diplômée est un vivier intarissable pour les employeurs peu scrupuleux, corvéable à merci pour un salaire minimaliste.

Et puis voilà, c’était l‘année de la canicule et arriva ce qui devait arriver… à se jeter à corps perdu dans une aventure pareille en sortant de 5 années d’études acharnées et éprouvantes tout en étant épuisée, sous un cagnard étouffant… Je tombais malade… Dr =>arrêt maladie, et un retour rapide de la Sécurité Sociale me demandant qui j’étais ? Ben oui, c’est comme ça que je me suis rendue compte que mon employeur avait omis de me déclarer. Une fois remise (bien 3 semaines plus tard tout de même), je retournais régler mes comptes avec lui. Il me tendit alors une enveloppe avec de l’argent en espèce et une partie de chèques douteux reçus de clients en guise de salaire en me signifiant que oui, il n’avait pas eu le temps de me déclarer, mais qu’il compensait ça avec une méga prime de 20€ !!! Voyant mon mécontentement sur mon visage, il prit un ton accusateur en tentant de me culpabiliser en me faisant remarquer qu’à cause de ma maladie, il avait perdu du chiffre d’affaire, et bla et bla et bla…

Verdict, j’étais virée mais priée, tout de même, pour la forme, de rédiger une lettre de démission (ben voyons…).

 

A SUIVRE…

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

0