Le haut de pyjama détourné

Hello, hello

Un petit look vite fait, bien fait par ici.
Sur IG, il y a des petits exercices modesques : chaque semaine, des défis
sont lancés sur le thème de l’émission Les Reines du Shopping. Ça permet
non seulement de découvrir de nouveaux comptes mais aussi
de prendre des inspirations de looks. Le dernier fut autour
de la chemise/chemisier et je me suis rendue compte à cette occasion
que j’en ai peu dans mon dressing, ou alors des modèles que je garde
ouvert pour l’été (comme des petites vestes) mais que je
n’aime pas fermer. Faut dire que lorsque l’on a de la poitrine,
ce vêtement n’est jamais simple à appréhender, toujours peur qu’un
bouton me lâche au pire moment (vous visualisez le truc?)…

Mais, en grande fan de la collection Nathalie Lété x Monoprix,
lorsque j’ai vu ce haut de pyjama sur vinted, je n’ai pas hésité.
A près tout, haut de pyj ou pas, qui le sait si on ne le dit pas…
Je le porte ici avec ma vieille jupe IKKS et mes boots Bershka (6 ans).
J’ai associé le tout avec mon sac en cuir irisé de mon créateur
italien favori La Pelleteria Marant (je trouve toujours des merveilles
à des tarifs sympas par rapport à la grande qualité).
J’ai racheté ces BO Les Néréïdes à ma blogocopine Matoushi,
encore un investissement que je ne regrette pas.
D’ailleurs, depuis, j’ai trouvé aussi le collier assorti sur vinted…
Quand on aime, on ne compte pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

CRYSTILA :

  • Chemisier : Nathalie Lété x Monoprix ( 15€ – vinted)
  • BO : Les Néréïdes (20€ – vinted)
  • Jupe : IKKS ( 12€ – Mistigriff)
  • Sac : Marant Pelleteria (40€ – Foire de Marseille)
  • Boots : Bershka (29,90€)
  • Lunettes : Fabris Lane (Galeries Lafayette)

TOTAL : 116,90€ la tenue

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

3

Se tenir à carreaux

Hello, hello,

Ça faisait vachement longtemps que je me cherchais une veste à carreaux colorée.
J’ai mis plusieurs années avant d’avoir un coup de cœur pour un modèle, je l’ai
déniché sur vinted pour 20€. C’est de la polaire, forme cape, il est assez atypique.

Je suis demeurée dans un camaïeu de couleur rouge/vert/bleu avec mon
turban en velours vintage sur lequel j’ai épinglé une broche, mon top ajouré
Bel Air Paris (que j’ai en 3 coloris tellement je l’adore), un sac en cuir
kaki, un pantalon classique marine et des vieilles Tamaris qui m’ont faite suer.
Je vous laisse aller voir en fin d’article la raison…

 

 

 

 

 

 

 

L’envers du décors, lorsque tu constates que des chaussures de marque
que tu as peu portées tombent en lambeaux… La Haine!

 

 

 

CRYSTILA :

  • Manteau : sans marque (20€ – vinted)
  • Bandeau : vintage (20€ – Carriebradshop Lyon)
  • Broche : sans marque (15€ – vinted)
  • Collier : verrerie de Murano (29€ – Venise à Lyon)
  • Top : Bel Air Paris ( 5€ – vinted)
  • Pantalon : Amaro Jeans (12,90€ – Super U)
  • Sac : Made in Italy (29,90€ – Fame Marseille)
  • Chaussures : Tamaris ( 40€ – destock 2013 marché)
  • Lunettes : (Solaris)

TOTAL : 171,80€ la tenue

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

3

De la genèse à la science fiction 2

Dans la première partie de cet article, publié (ici), nous avions abordé le principe de la vaccination, son histoire, le mode de fonctionnement de la technologie à ARN messager mais aussi les histoires de coûts réels de ces nouveaux vaccins, la spéculation boursière que cela a engendré et leurs fabrications en 48h… dès janvier 2020…

Que les choses soient claires, cet article n’a pas vocation à vous dire quoi faire mais à vous informer, libre à vous de prendre les décisions qui vous conviendront. Ce que je reproche actuellement à la gestion de la crise, c’est de mentir par omission en ne disant pas limpidement les choses, et en condamnant tous ceux qui tentent d’élever le débat en les classifiant dans
des cases (les plus convoitées étant d’être « complotistes » ou « extrémistes »). Je ne suis pas médecin, je n’ai aucun conseil à vous donner dans ce domaine. D’ailleurs, je suis à 200% pour les vaccins, ceux conçus selon les préceptes de Pasteur, avec une éthique et une volonté altruiste de sauver des vies grâce à la Science.

J’ai tout d’abord envie d’aborder avec vous, dans cette deuxième partie, TOUT ce que le gouvernement et les médias mainstream vous ont caché sur les vaccins, les labos et la gestion de la campagne de vaccination…

Savez-vous que le « Mr Vaccin » choisi à l’origine par le gouvernement (pas le Dr Fisher), l’autre, avait subitement disparu de la circulation?

En premier lieu, sachez que les vaccins qui nous sont proposés aujourd’hui n’auraient pu l’être avant juillet 2020. Le parlement européen a voté, sans concertation, sans avis scientifique, une procédure d’urgence d’assouplissement sur la règlementation des technologies OGM sous l’aménagement CE2020/1043 (téléchargeable ici). Cela autorise les labos développant des traitements contenant des OGM à se dispenser d’étude d’impact environnemental et de biodiversité, supprimant ainsi plusieurs années de tests auparavant OBLIGATOIRES.

 

Ce qui a beaucoup surpris les gens, c’est la rapidité de mise à disposition des vaccins, engendrant parfois une impression de précipitation et de peur que le processus ne soit pas fiable. Or il existe des procédures accélérées pour faire face à des évènements majeurs comme une pandémie…

Cependant, ce qu’aucun gouvernement vous ne vous dira clairement, c’est que les premiers vaccinés feront partie d’une phase III à l’échelle planétaire. Car l’obtention d’une procédure accélérée pour administrer un traitement ne signifie pas qu’il a été approuvé!!! Pour Pfizer, la fin de l’étude clinique de phase 3 sera disponible en 2023. En attendant, les données brutes des études sont des documents classifiés et inaccessibles. Seuls la FDA et l’AEM ont pu bénéficier d’une version édulcorée pour pouvoir procéder à leurs validations. Cependant, il est bon de rappeler que l’AEM, étant financée à 70% par Big Pharma, a tout intérêt à valider un maximum de médicaments pour s’autofinancer (d’où la recrudescence, ces dernières années, de scandales médicaux à répétition). Quand à la FDA, son ancien directeur Scott Gottlieb, a été nommé au conseil d’administration de Pfizer… Sans commentaire…

 

 

D’ailleurs, à ce propos, savez-vous que l’Israël s’est portée volontaire auprès de Pfizer pour que sa population serve de « cobaye » contre la promesse d’être servie en vaccin en premier? Le Comité d’Helsinski (comité de surveillance du respect des droits de l’homme) s’est insurgé en déclarant que le labo pharmaceutique réalisait des expériences sur humain illégales et dépourvues d’éthique.

 

Et pour être certain que des potentiels effets secondaires ne pourront être reprochés aux médecins qui administreront le vaccin, l’État a rassuré l’Ordre des Médecins en leur offrant la garantie qu’ils ne pourront être juridiquement poursuivis ou considérés comme responsable de cet acte médical s’il venait à advenir un incident ou une tragédie… Les accidents potentiels seraient donc assurés par l’ONIAM, l’organisme qui n’a toujours pas versé 1€ aux centaines de sinistrés du H1N1 en 2009, soit il y a 11 ans de ça…

 

 

Revenons sur l’AEM et son rôle de négociatrice avec les labos. Vous avez certainement dû lire que l’institution européenne a été piratée courant décembre et que des documents ont été diffusés en ligne. Nous avons alors pu lire dans toute la presse que les documents dérobés avaient été volontairement trafiqués dans le but de produire une défiance envers les vaccins. Or ce n’est pas exactement ce qu’il ressort du communiqué de presse sur le site de l’AEM… Elle admet que les documents publiés sont authentiques mais parfois sortis de leur contexte et que des éléments ont été rajoutés (CdP en anglais ici). Le contenant a été englobé d’une présentation qui peut dénaturer les documents originaux, mais je ne vois pas en quoi rajouter des titres ou des listings de mails pourrait nuire au contenu, qui lui, a été authentifié comme étant véridique…


Le journal Le Monde a analysé ce qu’il faut en retenir. Tout d’abord, Ursula Von Der Leyen (présidente CE) avait clairement identifié les 2 vaccins à approuver en priorité (Pfizer et Moderna) avant même d’avoir les résultats des essais cliniques. L’AEM a subi des pressions pour les approuver le plus rapidement possible. Mais ce n’est pas le plus grave, Pfizer a tenté de frauder en nous vendant un produit moins dosé (entre 51/59%) que celui utilisé lors des essais cliniques (69/89%)! Un consensus ayant été validé à une concentration autour de 75% selon Libé.

Vous croyez avoir tout vu et tout entendu? Et si je vous disais que Pfizer a peut-être aussi menti sur l’efficacité de son vaccin, en omettant de tenir compte de certains résultats sur un panel de 3410 patients, classifiés « covid incertain », le rétrogradant d’une efficacité annoncée de 95% à 29% max. Sachant que les régulateurs n’étant pas habilités à autoriser un vaccin ayant une efficacité inférieure à 50%, il n’aurait peut-être pas dû être commercialisé… C’est ce que dénonce Peter Doshi, éditeur du British Medical Journal, diplômé du MIT, également professeur adjoint de recherche sur les services de santé pharmaceutique à l’Université du Maryland, qui s’est penché sur les résultats préliminaires fournis par la FDA. De plus, toujours d’après Doshi, les essais n’ont pas été conçus pour déterminer si le vaccin pouvait empêcher la transmission du virus, ni les formes graves de Covid, ou les décès, ainsi que les hospitalisations : le seul effet recherché est la diminution des Covid peu symptomatiques… Voyez à quel point nous sommes loin, mais loin de tout le pipeau relayé par nos médias, plaçant ces vaccins en qualité de sauveurs de l’humanité.

 

 

Et comme si cela ne suffisait pas, il aura fallu que Pfizer déclenche le scandale de la sixième dose…

Pfizer est un labo connu pour son éthique monnayable. Ils ont été condamnés maintes fois pour fraudes, publicités mensongères, marketing illégal, corruption, allégations mensongères, financement du terrorisme, et pour avoir testé des médicaments sur des enfants africains aussi au passage, faisant passer ça pour de l’aide humanitaire…

 

 

Bien entendu, les autres labos ne sont pas des saints non plus. AstraZeneca a menti, lui aussi, sur les résultats de son étude et a tenté de le dissimuler. Article en entier (ici)

Son efficacité n’est toujours pas vraiment prouvée pour les personnes de plus de 65 ans (faute d’études), le gouvernement allemand a d’ailleurs émis des doutes, sont-ils légitimes? Le labo s’en défend mais n’est pas vraiment en mesure de le prouver.

Et dire qu’à la base, l’université d’Oxford voulait laisser sa R&D sur le vaccin anti-covid libre de droit mais que la fondation Bill et Melinda Gates l’a contrainte de vendre son bien à AstraZeneca? (article en anglais ici)

 

Nous avons appris que le gouvernement avait confié la gestion de la campagne de vaccination au cabinet privé McKinsey (pour la modique somme de 2M€/mois selon Le Point), Le Monde et La Dépêche ont réalisé un gros travail d’investigation sur ce puissant cabinet de conseil. Hébergé en Amérique dans le Deleware, les initiés l’appellent « la Firme » en hommage au film du même nom où la « lega del omertà » et les petits crimes entre collègues sont la norme… Les liens entre Macron et ce cabinet remontent à 2007, lorsque notre président n’était encore qu’inspecteur des finances, avant d’être promu rapporteur général adjoint à la commission Attali sous Sarkozy. Puis, ils l’ont aidé à récolter de la data lors de sa campagne électorale. Une fois élu, de jeunes consultants de la firme ont infiltré plusieurs postes administratifs stratégiques.
Dernièrement aux USA, il est advenu que les conseils qu’ils avaient prodigué aux labos pharmaceutiques étaient au détriment des malades et avait engendré 400K décès, sans compter les vies gâchées. Ils ont conclu un accord de 573 M de dollars en guise de réparation, une broutille pour eux… Ça rassure hein de savoir que ces gens là, investis dans les actions « pro-bono », veulent notre bien et aident l’État à nous protéger!

 

Enfin, pour conclure, cette crise du covid aura eu du bon pour de nombreuses sociétés, de quoi se faire des cou**les en or comme on le dit si bien. Depuis le 24/12/20, la publication d’un nouveau décret met fin à l’interdiction de la publicité sur les médicaments. C’est aussi la raison pour laquelle Facebook, Google ou autres GAFAM sont tellement investis pour « lutter contre la désinformation sur les vaccins », les promouvoir, ça permet de gagner des pépettes… Les grandes causes humanitaires ont toujours un prix…

 

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

 

2