Blogueuse mais pas influenceuse

S’il y a une chose que je revendique haut et fort NE PAS ÊTRE, c’est bien une influenceuse! A l’heure où la plupart vendraient leurs âmes au diable pour parvenir à en être, moi, je ne le souhaite pas et ne l’ai jamais désiré, quitte à m’asseoir sur une pseudo popularité qui ne m’aurait rien apportée.

Quelle ne fut pas ma déception d’apprendre que le site Hellocoton changeait de nom pour s’appeler « les influenceuses« !!! C’est tellement peu représentatif des personnes inscrites sur ce site, qui, pour la plupart, sont là dans un esprit de partage, sans volonté d’influencer qui que ce soit… Quant à celles qui le sont devenues, c’est une plateforme sur laquelle elle sont abonnées par dépit parce qu’il faut être partout mais elles n’y vont pas pour autant, elles ne l’utilisent pas, ne lisent pas les autres blogs, ne répondent même pas aux commentaires laissés… De plus, les blogueurs vont apprécier, car même s’ils demeurent peu nombreux, il n’y a pas que des femmes dans cet univers…
Alors quel est l’intérêt de ce changement de nom? Si ce n’est encore pour faire du pognon, pour avoir un meilleur référencement, une visibilité plus importante pour la pub hébergée… Faut-il donc renier ses fondamentaux pour survivre dans la jungle du blogging de nos jours?

Influencer, c’est quoi au juste? Selon moi, c’est donner envie à d’autres personnes de copier quelque chose afin d’en faire une norme établie. Déjà que, quotidiennement, il devient de plus en plus difficile de se singulariser. Entre les enseignes qui lancent des produits similaires, les coloris neutres qui prédominent dans les collections et, ce qui m’énerve par dessus tout : le noir érigé comme le saint Graal du chic!!! Dernièrement, je me suis rendue à une petite fête organisée par une blogueuse influente sur Marseille et j’ai constaté (presque avec effroi) qu’un grand nombre de ses lectrices portaient des fringues qu’elle avait recommandées en Instastorie la semaine précédente, comme une réunion de petits clones. C’était une chouette soirée mais assez effrayant de ne point pouvoir percevoir la singularité de ces personnes venues rencontrer cette chouette fille.

Je ne peux m’empêcher de me demander en quoi est-ce bien que des nanas dans le vent servent de modèles au point que toutes veuillent leur ressembler coûte que coûte? Il n’y a qu’à voir l’effet Kardashian. Ces filles, qui sont-elles à part de riches héritières, fans des réseaux sociaux et appréciant s’exhiber pour obtenir encore plus de pognon? En l’espace d’une petite décennie, elles sont devenues les égéries de la vulgarité ayant une aura quasi mondiale. Je regarde régulièrement les Reines du Shopping, il n’y a pas une semaine où une participante ne veuille pas s’y comparer. Non mais Allo meuf!!! Tu ne vois pas qu’elles sont mal fringuées, qu’elles n’ont aucune classe, et que seule la taille exponentielle de leur compte en banque font d’elles des « stars », le tout avec un QI de mollusque! En quoi est-ce donc valorisant de leur ressembler??? Je ne comprends pas trop ce principe, peut-être est-ce parce que je suis différente, que je ne fais les choses que pour moi, sans jamais me conformer aux regards des autres, mais il semblerait qu’une grande partie des gens ait besoin d’un modèle pour les aider à construire leur vie et à se positionner parmi autrui. Alors il est vrai que la Société a tendance à nous caser dans des catégories : tu es soit une intello soit une bimbo mais difficilement les deux à la fois, autrement dit soit tu es intelligente (et sous-entendu quelconque voire moche) ou bien une bombe mais dépourvue de QI, tu es comptable ou artiste…

Bref notre Société nous incite à devenir des clones, au choix parmi une liste de catégories prédéfinies auxquelles il faut parvenir à s’identifier… C’est tellement triste… Ça me met tellement hors de moi. Ainsi, et nous pourrons le constater quotidiennement, les gens hors cases sont montrés du doigts, traités comme des nanties, des parias, et sont exclus. Mais a-t-on donc encore besoin que des influenceurs en carton nous disent comment nous habiller pour être tendance, quelle déco arborer chez nous pour plaire aux autres ou bien encore quoi manger pour respecter les dictats établis pour être « en forme »? N’en a-t-on donc pas ras la casquette de ne voir que des comptes identiques sur les réseaux sociaux, des filtres aseptisés, des décos épurées? Comme pour tout le reste, je ne respecte rien. Je n’ai pas un feed lifté, je partage mon quotidien avec ses bons jours ou ses mauvais et je suis tellement fière de n’influencer personne!!! J’espère que mon blog permettra d’inspirer, de donner des idées, de partager des bons plans et ne JAMAIS être le clone de quiconque.

 

RETROUVEZ-MOI SUR FB / SUR TWITTER / SUR INSTAGRAM

4

2 réflexions sur “ Blogueuse mais pas influenceuse ”

  • 21 mai 2018 à 20 08 11 05115
    Permalink

    Je partage ton avis, Crystila. Je ne suis pas encore allée voir du côté de Hello Coton, et tu m’apprends que ça change de nom ! J’ai toujours un train de retard !! 😄 Le terme « influenceur » est tellement prétentieux ! Les RDS de la semaine dernière avaient comme invitées des « influenceuses »… Hum-hum ! Je me demande en quoi elles peuvent influencer. Parce qu’on a des milliers de followers, vrais ou faux, on peut s’auto-décréter influenceuse ? C’est ridicule ! Le blog passe même au second plan. De texte, point à l’horizon. Et comment se dire spécialiste de la mode en ne connaissant même pas le mot « rayures », par exemple ? Je n’aime ni me moquer, ni critiquer, mais là, j’ai envie de plagier : »C’est une ca-ta-s-tro-phe ! » Enfin, c’est comme ça ! Bonne soirée. 🌃

    Réponse
  • 23 mai 2018 à 21 09 05 05055
    Permalink

    Tu sais que j’ai abandonné ce site depuis des années j’y ai toujours ma fiche mais bon c’est trop commercial pour moi
    Bises

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.